International
URL courte
10163
S'abonner

Au micro de Sputnik, un expert syrien livre sa vision des démarches que pourraient entreprendre les États-Unis en Syrie. D’après lui, deux scénarios, dont un militaire, sont à anticiper.

L’attaque chimique qui a eu lieu samedi soir à Alep traduit l’intention de Washington de continuer à poursuivre ses objectifs en Syrie, estime dans un commentaire à Sputnik l’expert stratégique syrien Salah al-Hachawati qui voit deux éventuels scénarios du développement de la situation dans ce pays.

Le scénario militaire

«Les Américains occuperont d’une manière illégale l’ensemble de la partie orientale du fleuve Euphrate. Ainsi, ils consolideront leur présence et tisseront une coopération plus étroite avec la Turquie et coordonneront la situation dans le gouvernorat d’Idlib. Washington continue à octroyer son soutien aux membres du Front Al-Nosra*, leur livrant des données de renseignement et faisant tout pour empêcher la tenue de l’opération antiterroriste dans cette zone. Le niveau de tensions augmente», estime-t-il.

Et d’ajouter que dans le cas d’une nouvelle spirale d’agressions contre le gouvernement syrien, une attaque américaine ou israélienne contre les S-300 livrés à la Syrie et qui représentent actuellement un important facteur dissuasif n’était pas à exclure.

«Washington travaille à ce que l’opération militaire n’ait pas lieu à Idlib pour torpiller le plan de désarmement des terroristes. En conséquence, cela risque de porter un coup aux relations russo-turques et saper le processus de négociations à Astana», ajoute-t-il.

Parallèlement, les États-Unis font de l’Iran une menace mondiale, même si ce pays joue un rôle important dans la stabilisation de la situation en Syrie, souligne l’expert.

Le scénario non militaire

Selon l’interlocuteur de l’agence, les Américains possèdent un second plan composé de trois pôles que sont les organisations internationales, l’économie et la politique.

«Avant tout, les Américains exerceront des pressions sur l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Ils tenteront d’en faire leur arme», estime-t-il.

Ensuite, ils continueront à chercher des moyens pour «couper à Damas les possibilités de rétablissement après-guerre». «Primo, seront introduites des sanctions contre les entreprises qui livrent du pétrole iranien en Syrie. Secundo, il s’agit des tentatives de briser le système économique uni de la Syrie. Si les régions riches en ressources n’envoient pas de moyens financiers au centre, ce dernier n’aura pas les moyens de reconstruire le pays», juge l’expert.

Quant à la dimension politique, les États-Unis chercheront à faire entrer un nombre maximal de «leurs» candidats au sein du Conseil constitutionnel, pour qu’il soit formé à leur guise, conclut l'interlocuteur de l'agence.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Attaque à Nice: un deuxième homme qui a été en contact avec le tueur placé en garde à vue
Tags:
attaque chimique, attaque, économie, guerre, OIAC, Idlib, Alep, Iran, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook