Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Macron épinglé suite à ses propos sur le droit de la pêche post-Brexit, selon The Guardian

    © AFP 2018 Ludovic MARIN/POOL
    International
    URL courte
    647

    La partie britannique a mal réagi aux propos d'Emmanuel Macron sur la préservation de l'accès aux pêcheurs européens de sa zone économique exclusive après le Brexit.

    L'épineuse question de la pêche dans les eaux britanniques après le Brexit alimente toujours d'âpres discussions des deux côtés de La Manche: un porte-parole de Theresa May vient de dénoncer les récentes déclarations d'Emmanuel Macron à ce sujet, prononcées après le Conseil européen sur le Brexit.

    Intervenant dimanche à Bruxelles, le Président français, Emmanuel Macron, a insisté sur la nécessité de préserver l'accès de l'UE aux eaux britanniques après la période de transition. Selon lui, sans un accord ad hoc, le Royaume-Uni resterait «durablement dans une union douanière».

    Ces propos ont été mal accueillis à Londres: un porte-parole de Theresa May cité par The Guardian a évoqué la possibilité de saisir un arbitrage indépendant afin de régler les différends avec l'UE dans ce domaine:

    «Si l'UE n'était pas prête à entamer de vraies négociations (…) et si elle avait d'emblée fermé son esprit à la position britannique sur la pêche, elle manquerait à son obligation d'agir de bonne foi aux termes de l'accord [sur le Brexit, ndlr], et nous pourrons en référer à un arbitrage indépendant», a déclaré le porte-parole, cité par The Guardian.

    La France, les Pays-Bas, le Danemark et plusieurs autres pays ont précédemment fait savoir que conserver l'accès pour leurs pêcheurs à ces zones de pêche britanniques était essentiel. Pour sa part, la Première ministre Theresa May a affirmé à plusieurs reprises que les pêcheurs britanniques «reprendront le contrôle» des eaux britanniques.

    Jusque fin 2020, le Royaume-Uni restera dans l'accord sur la politique de pêche commune (PCP) mise en place dans les années 1980 et qui permet aux pêcheurs européens d'accéder aux eaux et zones de pêche des pays membres, à condition de respecter les quotas. Pourtant, après cela, le pays compte quitter l'accord pour reprendre le contrôle de l'ensemble de sa zone économique exclusive.

    Lire aussi:

    Coquille de discorde: les pêcheurs français et britanniques en guerre trouvent un accord
    Brexit «dur»… ou pas de Brexit du tout, Macron joue-t-il au Poker menteur?
    Guerre navale entre pêcheurs français et britanniques autour de la coquille Saint-Jacques
    Tags:
    pêche, Brexit, Conseil européen, Emmanuel Macron, Theresa May, Royaume-Uni, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik