Ecoutez Radio Sputnik
    Des migrants d'Amérique centrale en route vers les États-Unis

    Washington juge «professionnelle» la dispersion des migrants à la frontière mexicaine

    © AP Photo/ Marco Ugarte
    International
    URL courte
    271

    La Maison-Blanche n’a rien trouvé d’extraordinaire à l’utilisation de gaz lacrymogène pour disperser les migrants à la frontière mexicaine, la qualifiant de «protocole standard» d’une gestion professionnelle, d’autant plus que ce gaz est «sans danger», selon Donald Trump.

    Commentant les actions du Service des douanes et de la protection des frontières (CBP), qui avait utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les migrants tentant de franchir la frontière mexicaine, la Maison-Blanche les a qualifiées de professionnelles, arguant que c'était une pratique standard.

    «Quatre agents ont été touchés par des projectiles. Les agents chargés de sécuriser la frontière ont réagi par des déploiements non létaux pour disperser la foule, un protocole standard pour les organismes chargés de l'application de la loi à travers le pays», a ainsi indiqué la Maison-Blanche sur son compte Twitter. Elle a ajouté que les agents et officiers du CBP avaient géré professionnellement une situation dangereuse qui impliquait plus de 1.000 personnes tentant d'entrer illégalement aux États-Unis.

    Dans d'une intervention consacrée à la réforme de la justice pénale lors d'une table ronde à Biloxi (Mississippi), dont la vidéo a été également mise en ligne sur le compte Twitter de la Maison-Blanche, Donald Trump a déclaré que les gaz lacrymogènes utilisés le 25 novembre étaient «sans aucun danger».

    «Le gaz lacrymogène utilisé à la frontière est une forme très faible de gaz lacrymogène, elle est sans aucun danger», a déclaré le Président américain.

    Près de 7.000 migrants du Honduras, du Salvador et du Guatemala se trouvent dans l'état mexicain de Basse-Californie, près de la frontière américaine, dans l'espoir d'obtenir l'asile aux États-Unis ou au Mexique. Donald Trump a déclaré que les États-Unis «ne résisteraient pas à une telle invasion» et a envoyé 15.000 soldats pour contenir le flux de migrants.

    Lire aussi:

    «Allahu akbar»: le tout dernier cri du copilote lors du crash du Boeing de la Lion Air
    Le Kremlin réagit à la lettre de Bouteflika à Poutine
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Tags:
    gaz lacrymogènes, migrants, Service américain des douanes et de la protection des frontières (CBP), présidence américaine, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik