Ecoutez Radio Sputnik
    Des combattats séléka en Centrafrique

    Regain de violence en Centrafrique, la MINUSCA sous le feu des critiques

    © AP Photo / Jerome Delay
    International
    URL courte
    Anicet Simo
    220

    À quelques jours du renouvellement du mandat de la mission onusienne en Centrafrique (MINUSCA) et alors que le pays enregistre de nouvelles violences interethniques, comme celles dans le centre du pays qui ont récemment fait 60 morts, les acteurs politiques et religieux du pays l'accusent de passivité, position réfutée par la mission onusienne.

    Au moins 60 personnes ont été tuées dans les combats entre groupes armés le 15 novembre dernier à Alindao, dans le centre de la Centrafrique, selon un rapport interne de l'Onu. De nouvelles violences interethniques qui resurgissent à quelques jours du renouvellement du mandat de la MINUSCA le 15 décembre prochain. Un regain de tension attribué par certaines autorités politiques et religieuses à la passivité de la MINUSCA. Une mission de plus en plus pointée du doigt face aux violences dans le pays et dont les actions sont entachées par plusieurs irrégularités. Le 21 novembre dernier, Simplice Mathieu Sarandji, le Premier ministre centrafricain, est monté au créneau devant le parlement:

    «J'avais interpellé le Représentant spécial adjoint des Nations unies, monsieur, Kenny que j'ai reçu une information comme quoi le site de déplacés d'Alindao serait la cible d'une attaque en préparation. Il va me rassurer qu'ils sont aussi informés de cela et m'a promis que toutes les dispositions seront prises pour pallier cela et que je peux rassurer le chef de l'État que toutes les dispositions sont prises pour contenir cet assaut. Mais malheureusement après, j'avais eu l'information d'un carnage à Alindao.»

    Une position similaire à celle des religieux. Les évêques de Centrafrique, qui ont perdu cinq prêtres en six mois, tués par des rebelles de la Séléka, accusent, eux aussi, la MINUSCA et plus précisément les contingents pakistanais et mauritaniens de jouer le jeu des rebelles de la Séléka au détriment de la population. De retour de Batangafo, dans le nord-ouest du pays, où des combats meurtriers se sont également récemment produits, Mgr Nongo Aziagbia, vice-président de la Commission épiscopale de Centrafrique, a également relayé les accusations d'inaction, voire de collusion, de certains contingents de la mission de l'Onu en Centrafrique, lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée lundi 26 novembre à Bangui.

    «À Batangafo, pendant qu'on incendiait, pendant qu'on tuait, qu'on volait les biens de la population civile, le contingent pakistanais de la MINUSCA se contentait seulement de prendre des photos», a-t-il affirmé.

    Avant de poursuivre:

    «Le même témoignage nous revient de Alindao, où les membres du contingent mauritanien riaient pendant que les exactions étaient commises.»

    L'émissaire de l'Onu pour la Centrafrique, Parfait Onanga Anyanga, a déclaré face à la presse vendredi 23 novembre à Bangui pour se défendre que la mission était dans «l'incapacité de prévenir des violences de cette nature».
    Parfait Onanga Anyanga tente de se justifier face à toutes ces graves accusations portées contre la MINUSCA.

    «Nous vivons un contexte dans lequel l'État, dans son incarnation, n'est pas présent sur toute l'étendue du territoire. La MINUSCA avec ses insuffisances tente de remplacer l'État dans ses fonctions régaliennes. Nous sommes en train de faire des pas importants à redonner à l'État centrafricain ses capacités plénières. Malheureusement, nous faisons face à des violences, comme celle que nous connaissons» a-t-il ajouté.

    Le président de l'Assemblée nationale centrafricaine, Laurent Ngon Baba, a lui aussi dénoncé

    «L'indifférence de certains contingents [de la MINUSCA, ndlr] face aux agressions sur la population.»

    Chargée de protéger les civils et les droits de l'Homme, ainsi que de soutenir la transition politique dans ce pays d'Afrique centrale, la MINUSCA, est composée de plus de 14.500 Casques bleus, parmi lesquels plus de 2.000 agents de police. Le Conseil de sécurité de l'Onu a été contraint de renouveler uniquement pour un mois le mandat de sa mission en République centrafricaine jeudi 15 novembre dernier. Une mission utile, certes, mais au cœur de divergences entre Washington, Paris et Moscou.

    Depuis 2013, la Centrafrique vit sous la coupe de groupes armés et de milices qui commettent d'innombrables violences et exactions.

    Lire aussi:

    Tuerie d'Alindao en Centrafrique, les leaders religieux veulent une enquête internationale
    Un Casque bleu tué en Centrafrique
    Centrafrique: au moins 26 morts après de nouvelles violences dans le sud-est
    Tags:
    combat, conflit interethnique, République centrafricaine, Commission épiscopale de Centrafrique, MINUSCA, ONU, Simplice Mathieu Sarandji, Mgr Nongo Aziagbia, Parfait Onanga Anyanga, Batangafo, Alindao
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik