Ecoutez Radio Sputnik
    Armata

    Les cinq pays qui pourraient acheter le char russe Armata, selon The National Interest

    © Sputnik . Vadim Savitskii
    International
    URL courte
    18531

    L'intérêt pour le char de combat russe Armata va croissant dans le monde. Les médias occidentaux manifestent régulièrement de l'intérêt pour ce petit bijou de technologie. Cette fois-ci, The National Interest cite cinq pays prêts à acheter le blindé: l'Inde, l'Égypte, la Chine, l'Algérie et les Émirats arabes unis.

    Le char de combat russe Armata ne fait encore que «ses premiers pas», mais l'intérêt pour l'engin est d'ores et déjà énorme dans le monde. Les médias lui consacrent régulièrement des articles, cherchant à analyser ses avantages et à trouver ses problèmes. La revue américaine The National Interest évoque cinq pays prêts à acheter le véhicule: l'Inde, l'Égypte, la Chine, l'Algérie et les Émirats arabes unis.

    L'Inde examinerait l'éventualité d'achat 1.770 nouveaux chars pour remplacer ses vieux T-72. Pour ce pays, le char russe pourrait rivaliser avec les blindés coréen, K2 Black Panther, et ukrainien, T-84 Oplot. Pour ce qui est de la plupart des chars occidentaux, ils sont, selon la revue, trop lourds pour le terrain indien. À l'heure actuelle, les unités blindées des forces terrestres indiennes sont équipées principalement de matériels de fabrication soviétique et russe, notamment de chars T-72 et T-90.

    La Chine, qui développe intensément son secteur militaro-industriel, continue d'acquérir des équipements militaires russes, tels que le Sukhoi Su-35S et le système S-400, poursuit le bimensuel. Souvent, la Chine profite de tels armements pour intégrer leurs fonctionnalités à ses propres produits. Ce qui permet à The National Interest de supposer que le pays achètera des Armata.

    L'Algérie entretient depuis longtemps des relations de partenariat avec la Russie dans ce domaine et exploite entre autres des chars T-90 et des avions Su-30MKA. La Russie ayant déclaré d'ores et déjà son intention d'exporter en Algérie des avions PAK FA (Su-57), elle ne refusera sans doute pas au pays l'Armata, estime la revue.

    En ce qui concerne l'Égypte, elle a abandonné l'utilisation de matériels occidentaux, comme le char Abrams, au profit d'équipements russes et a récemment décidé, d'après The National Interest, d'acheter notamment des T-90 et des MiG-35 russes.

    Les Émirats arabes unis sont également cités en qualité de client potentiel. La Russie prévoit d'effectuer prochainement des livraisons d'armements dans le pays et lui a proposé l'accès au réseau satellitaire russe GLONASS, le système russe de géo-positionnement.

    Le T-14 Armata est construit sur une plateforme universelle lourde de nouvelle génération qui permet notamment de fabriquer des chars, des véhicules de combat d'infanterie, des véhicules du génie et des véhicules blindés de transport de troupes.

    La première génération du char de combat T-14 Armata a été présentée au public pour la première fois en 2015, lors du défilé militaire du 9 mai à Moscou.

    Lire aussi:

    L’Inde souhaiterait acheter des chars russes Armata
    Le char russe Armata vu par des tankistes américains
    Des chars T-14 Armata bientôt à la disposition de l’armée russe
    Tags:
    défilé, véhicule blindé de combat d'infanterie, achats, char, GLONASS, S-400, Su-30, Su-57 (T-50, PAK-FA), T-14 Armata, The National Interest, Émirats Arabes Unis, Algérie, Chine, Egypte, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik