Ecoutez Radio Sputnik
    François Delattre

    Berlin: pour que l’UE parle «d’une seule voix» la France doit lui céder son siège à l’Onu

    © AFP 2018 KENA BETANCUR
    International
    URL courte
    9225148

    Le ministre allemand des Finances estime que l’Europe doit disposer de son propre siège au sein du Conseil de sécurité de l’Onu. Selon lui, c’est à la France de céder le sien à l’Union européenne.

    Olaf Scholz, vice-chancelier allemand et ministre fédéral des Finances, estime que l'Union européenne doit avoir son propre siège au sein du Conseil de sécurité des Nations unies. Et pour défendre son point de vue, il n'y va pas par quatre chemins: il a ouvertement déclaré souhaiter que le siège de la France au Conseil de sécurité devienne un siège européen afin que l'UE puisse « parler d'une seule voix ».

    «Si nous prenons l'Union européenne au sérieux, elle devrait également parler d'une seule voix au sein du Conseil de sécurité des Nations unies […] Le siège de la France pourrait être transformé en siège de l'UE», a affirmé lors d'un discours sur l'avenir de l'Europe à Berlin Olaf Scholz, cité par les médias.

    Il a ajouté que le poste de chef de la délégation de l'Union européenne auprès des Nations Unies pourrait être occupé de manière permanente par un Français, tout en admettant qu'il serait difficile de matérialiser ce projet.

    «La France et l'Allemagne agissent désormais ensemble dans cette instance», mais un siège européen permettrait d'aller encore plus loin, a souligné Olaf Scholz.

    Depuis sa création au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Conseil de sécurité compte cinq membres permanents qui disposent d'un droit de veto: Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni et Union soviétique (Russie).

    Outre ces cinq membres permanents, la structure dispose de dix élus chacun choisi pour une période de deux ans. Le 8 juin, l'Allemagne a été élue membre du Conseil de sécurité pour les années 2019 et 2020. Début octobre, Christoph Heusgen, proche d'Angela Merkel depuis son arrivée au pouvoir en 2005, ne cachait pas les ambitions de l'Allemagne de siéger au Conseil de sécurité de l'Onu, officiellement pour «faire valoir les positions de l'Union européenne».

    Lire aussi:

    Israël ne brigue plus le siège de membre non permanent du Conseil de sécurité de l'Onu
    Paris relance l'idée d'une réforme du droit de veto au CS de l'Onu en cas de génocide
    François Asselineau évoque la «dangerosité» d’une armée de l’UE pour la France
    Tags:
    membres permanents, délégation, siège, Seconde Guerre mondiale, Union européenne (UE), Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Christoph Heusgen, Olaf Scholz, Angela Merkel, Royaume-Uni, États-Unis, Chine, Russie, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik