International
URL courte
Les États-Unis vs le projet de gazoduc Nord Stream (2018) (85)
4452
S'abonner

Les énièmes appels US invitant les pays européens à abandonner le projet Nord Stream 2 suite à l’incident de Kertch n’ont pas persuadé Berlin.

L'incident survenu dans le détroit de Kertch n'a pas eu de répercussions sur la position de Berlin à l'égard du gazoduc Nord Stream 2. Selon le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert, Berlin reste disposé à participer au projet.

«J'ai entendu les critiques, mais notre position de principe à l'égard du projet économique qu'est le Nord Stream 2 reste inchangée», a déclaré l'officiel cité par l'agence Reuters.

Dans le même temps, il a souligné que la réalisation du projet en question ne devait pas empêcher le transit du gaz russe via le territoire ukrainien.

Après l'arraisonnement de trois navires ukrainiens ayant violé la frontière russe dans le détroit de Kertch, le représentant spécial américain pour l'Ukraine Kurt Volker a de nouveau appelé les alliés européens de Washington à ne pas participer au projet Nord Stream 2 devant relier la Russie et l'Allemagne en contournant notamment l'Ukraine.

La porte-parole du département d'État Heather Nauert a également estimé que les pays européens devaient «se poser une question: est-ce qu'ils veulent poursuivre le Nord Stream 2 qui aide le gouvernement russe?». Dans le même temps, elle a sommé les pays européens à faire «davantage» pour soutenir Kiev face à Moscou.

Dossier:
Les États-Unis vs le projet de gazoduc Nord Stream (2018) (85)

Lire aussi:

Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Une voiture de police percute une foule de spectateurs à un rodéo nocturne et roule sur une personne - vidéos
Emmanuel Macron pourrait annoncer le 3e confinement ce mercredi, selon le JDD
Tags:
transit, gazoduc, gaz, Nord Stream 2, Kurt Volker, Heather Nauert, Steffen Seibert, Ukraine, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook