Ecoutez Radio Sputnik
    Tableau représentant l'émir Abdelkader, protégeant les chrétiens à Damas en 1860, lors des massacres commis par les Druzes

    Algérie: le Prix Émir Abdelkader de la Paix attribué à l’ancien archevêque d’Alger

    CC0 / Jan Baptist Huysmans
    International
    URL courte
    2200

    L’ancien archevêque émérite d’Alger, Mgr Henri Teissier a été élu par la fondation Ala khouta el-Émir comme le lauréat du Prix Émir Abdelkader de la Paix. La cérémonie de remise du prix a eu lieu dans la wilaya de Mascara.

    La quatrième édition du Prix Émir Abdelkader de la Paix, de la fondation algérienne Ala khouta el-Émir (Sur les traces de l'Émir), a désigné Mgr Henri Teissier, ancien archevêque émérite d'Alger, comme lauréat. C'est ce qu'a indiqué le 28 novembre l'Algérie Presse Service (APS).

    Lors de la cérémonie de remise du prix dans la wilaya de Mascara, la ville natale de l'Émir et la capitale de son royaume, dans l'ouest de l'Algérie, Azzeddine Mihoubi, le ministre algérien de la Culture, a affirmé que l'attribution de ce prix à Mgr Teissier à l'occasion du 186e anniversaire de l'allégeance à l'Émir Abdelkader (le 27 novembre 1832) «est une reconnaissance du rôle de cet homme et de son action en Algérie, contribuant à la compréhension entre les peuples et à l'amitié» entre les religions.

    Représentant l'ancien archevêque émérite d'Alger à la cérémonie de remise du Prix, Charles Raymond, le directeur du centre culturel El Amel (l'Espoir) de la ville de Mascara, a mis en avant le combat qu'Henri Teissier a mené pendant 60 ans au service des Algériens et de l'Algérie, en particulier durant la guerre de libération contre le colonialisme français. Il a également rappelé que Mgr Teissier était un admirateur de l'Émir Abdelkader, à qui il a consacré un ouvrage où il loue ses qualités d'homme de tolérance et de paix.

    À cette cérémonie ont pris part deux personnalités américaines. Il s'agit de Josh Bob, le maire de la ville d'El Kader (du nom de l'Émir Abdelkader) aux États-Unis, et Katy Gramms, la cheffe du projet El Kader d'éducation et d'enseignement de la paix et du dialogue des religions, également aux USA.

    L'Émir Abdelkader, né le 6 septembre 1808 à El Guettana, une petite localité de la wilaya de Mascara, et mort le 26 mai 1883 à Damas, était un chef politique, religieux et militaire algérien, qui a combattu le colonialisme français en Algérie au milieu du XIXe siècle. Savant musulman et soufi, en juillet 1860, il a sauvé des milliers de chrétiens lors du conflit entre les Druzes et les Maronites du mont Liban à Damas, où plus de 3.000 personnes ont été tuées.

    En marge du colloque international Émir Abdelkader entre deux rives, tenu à l'université de Mascara, John Kizer, historien et enseignant à l'Université américaine de Philadelphie, a affirmé à l'APS que l'Émir a été le précurseur du dialogue interreligieux, un humaniste et un défenseur des droits de l'Homme, en intervenant pour sauver la vie de plus de 15.000 chrétiens vivant en Syrie. «L'Émir Abdelkader est entré dans l'histoire universelle lorsqu'il a pris, avec ses fidèles compagnons, la défense des membres de la communauté chrétienne syrienne menacés par les druzes», a déclaré le spécialiste en soulignant que le chef algérien a permis d'éviter un véritable bain de sang.

    Pour rappel, en sauvant les chrétiens en Syrie, l'Émir Abdelkader a été décoré par Napoléon III de la grande croix de la Légion d'honneur. Il également reçu la grande croix du Sauveur de la Grèce, l'ordre du Médjidié 1ère classe de Turquie, et l'ordre de Pie IX du Vatican. Abraham Lincoln lui a offert une paire de revolvers incrustés, exposés actuellement au musée d'Alger, et la Grande-Bretagne, lui a fait honneur en lui envoyant un fusil de chasse incrusté d'or.

    Lire aussi:

    Le coordonnateur de la lutte antiterroriste de l’UE évalue l’expérience algérienne
    L’Algérie persiste et signe sur une éventuelle intervention de son armée au Sahel
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Tags:
    culture, religion, dialogue politique, paix, prix, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik