International
URL courte
15529
S'abonner

L’Egypte et l’Arabie saoudite cherchent à inciter d’autres pays arabes à développer des liens avec l’État hébreu, selon le journal al-Arabi al-Jadeed.

Le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane souhaitent que d'autres pays arabes établissent des relations commerciales et mettent un terme à leurs divergences politiques avec Israël, affirme le journal panarabe al-Arabi al-Jadeed établi à Londres.

Selon le média, les deux leaders ont discuté de ce sujet lors de la récente visite du prince héritier au Caire. Ils se seraient également penchés sur le plan de paix pour le Proche-Orient de Donald Trump qui doit être dévoilé en décembre.

Précédemment, le dirigeant américain avait souligné qu'il considérait «la solution à deux États» comme la meilleure option pour avancer vers la résolution du conflit israélo-palestinien.

En décembre 2017, Donald Trump avait annoncé la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d'Israël et le transfert de l'ambassade américaine dans cette ville. Cette décision a provoqué des manifestations massives des Palestiniens qui considèrent Jérusalem-Est comme capitale de leur futur État.

Le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a ensuite déclaré que Ramallah ne reconnaissait plus aux États-Unis la qualité de médiateur dans le processus de règlement au Proche-Orient.

Ces derniers mois, on constate un changement de rhétorique entre Israël et l'Arabie saoudite, qui n'ont toujours pas de relations diplomatiques. Ainsi, en novembre 2017, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a reconnu que son pays avait «en secret» développé «des contacts» avec Riyad.

Pour sa part, Mohammed ben Salmane a déclaré en avril dernier qu'Israël avait le droit «d'avoir son propre terre» et «de vivre en paix dans sa nation».

Lire aussi:

Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Un certain nombre de départements français vont introduire un couvre-feu, selon le gouvernement
Radicalisme religieux: l’islamisme qui cache la forêt?
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
plan de paix, réglement politique, diplomatie, conflit israélo-palestinien, Benjamin Netanyahou, Mahmoud Abbas, Donald Trump, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Abdel Fattah al-Sissi, Israël, États-Unis, Jérusalem-Est, Jérusalem, Proche-Orient, Arabie Saoudite, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook