Ecoutez Radio Sputnik
    chercheurs russes

    Pourquoi la peste noire ne tuait-elle pas les rats? La réponse des biologistes russes

    © Sputnik . Cyril Braga
    International
    URL courte
    3201

    Des généticiens russes semblent avoir percé le principal secret de la peste qui a accompagné l'humanité pendant toute la période de sa colonisation de l'Europe et de l'Asie depuis dix mille ans, apparaissant et disparaissant périodiquement.

    La peste tue les hommes plus rapidement que les rats et d'autres porteurs à cause de dysfonctionnements de l'une des versions du système d'autodestruction des cellules humaines. Les conclusions des chercheurs russes ont été publiées dans la revue PNAS.

    «Les cellules humaines ne pouvant pas mourir continuent de servir de réservoir pour l'infection. Cela permet de comprendre pourquoi, au Moyen-Âge, la peste a été aussi fatale pour l'homme, alors que les rongeurs qui propageaient cette maladie survivaient», explique Alexandre Poltorak de l'Université d'État de Petrozavodsk.

    Les secrets de la peste noire

    L'humanité a survécu à plusieurs grandes épidémies aux symptômes similaires, que les auteurs de chroniques qualifiaient de «peste». La première fut la peste de Justinien, qui s'était répandue en Byzance et en Méditerranée au milieu du VIe siècle, emportant plus de cent millions de vies humaines. Une autre éruption de peste noire s'est produite au milieu du XIVe siècle, décimant près d'un tiers des habitants de l'Europe.

    Ces dernières années, les généticiens ont réussi à extraire des échantillons d'ADN des bactéries contenues dans les ossements de victimes de la peste pour prouver que toutes les épidémies avaient été provoquées par des souches différentes mais ressemblantes de la même bactérie — Yersinia pestis. Il s'est également avéré que la peste avait accompagné l'humanité pendant toute la période de sa colonisation de l'Europe et de l'Asie depuis dix mille ans, apparaissant et disparaissant périodiquement.

    Ces découvertes ont poussé les spécialistes à se demander comment, exactement, la peste se propageait sur le Vieux Continent, si les rats étaient les seuls porteurs, ou encore quelle était la fréquence et les régions de sa réapparition. Par exemple, la question revient souvent de savoir comment les animaux pouvaient propager Yersinia pestis sur des distances aussi grandes si la peste était fatale en seulement quelques jours.

    Работа ФГУП Антидопинговый центр
    © Sputnik . Valeriy Melnikov
    Comme le rapporte le service de presse de la Fondation scientifique russe, Alexandre Poltorak et ses collègues, notamment des chercheurs des USA et de Chine, ont trouvé une réponse simple à cette question en analysant ce qui arrivait aux cellules immunitaires de l'homme et d'autres mammifères au contact avec le bacille de la peste.

    Quand le microbe pénètre dans l'organisme, il attaque les cellules du système immunitaire, y pénètre et secrète des protéines qui les empêchent de digérer les bactéries. Après cela, la peste se fixe sur les cellules et émet des toxines qui dissolvent les trombes et neutralisent d'autres éléments constitutifs de l'immunité.

    Un mauvais service

    En règle générale, l'organisme tente d'empêcher une telle évolution et pousse les cellules contaminées à s'autodétruire lors de l'apparition des moindres traces d'enveloppes du microbe. Pendant longtemps, les scientifiques pensaient que ce processus fonctionnait approximativement de la même manière chez les hommes, chez les rats et d'autres mammifères, mais l'équipe d'Alexandre Poltorak a découvert que ce n'était pas tout à fait le cas.

    Lors des expériences sur des souris, les chercheurs ont découvert que la pénétration de toxines de la peste ou de Yersinia pseudotuberculosis dans les cellules immunitaires entraînait la destruction des molécules de la protéine TAK1, l'un des principaux inhibiteurs des systèmes d'autodestruction.

    Cela entraîne la destruction des molécules de deux autres inhibiteurs protéiques de la mort, GSDMD et GSDME, et des trous apparaissent dans la membrane du corps immunitaire. Cela tue les cellules et pousse leur contenu à sortir à l'extérieur, y compris les «signaux» sur la présence du bacille de la peste.

    Mais il s'est avéré que ce n'était pas inhérent aux macrophages humains, les principaux nettoyeurs du système immunitaire. Lors de la contamination par Yersinia pestis, ils meurent selon le scénario classique d'autodestruction, quand la cellule se désintègre en plusieurs parties disparates qui sont ensuite digérées par d'autres corps immunitaires.

    Selon Alexandre Poltorak et ses collègues, cela s'explique par les différences dans la structure des molécules GSDMD. La version humaine de cette protéine résiste très bien à l'action des toxines du bacille de la peste, ce qui, ironiquement, contribue à l'infection au lieu de l'empêcher en cachant sa présence et en l'aidant ainsi à tuer d'autres cellules humanitaires.

    Ces différences, selon les chercheurs russes et étrangers, font la lumière sur le secret principal du succès de la peste noire et de sa propagation à une distance aussi grande, si ses porteurs étaient effectivement des rats et des puces.

    Lire aussi:

    Des scientifiques révisent l'histoire de l'apparition de la peste en Europe
    La maladie qui décime l’humanité depuis 4.000 ans déterminée
    Pourquoi ne faudrait-il pas sous-estimer la menace d’épidémies mortelles au XXIe siècle?
    Tags:
    Moyen-Age, raison, rats, peste, chercheurs, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik