International
URL courte
Sommet du G20 à Buenos Aires (2018) (30)
17983
S'abonner

A Buenos Aires, où il se trouve pour participer au sommet du G20, le chef du Kremlin a estimé nécessaire de punir les auteurs de la récente attaque chimique à Alep afin que de tels incidents ne se reproduisent pas.

La récente attaque chimique lancée par des terroristes sur plusieurs quartiers d'Alep-Ouest ne doit pas rester impunie, a déclaré vendredi Vladimir Poutine en déplacement à Buenos Aires.

«En Syrie, où les radicaux poursuivent leurs attaques armées contre les forces gouvernementales, on a assisté le 24 novembre à une violation flagrante du régime de cessez-le-feu lorsque des habitants de la partie occidentale d'Alep ont été attaqués avec des substances toxiques», a indiqué le chef du Kremlin lors d'une réunion des dirigeants du BRICS en marge du sommet du G20.

Il a rappelé que des dizaines de Syriens, dont des enfants, avaient été blessés dans cette attaque.

«De tels crimes de terroristes ne doivent pas rester impunis, sinon ils les commettront de nouveau», a souligné le leader russe.

Auparavant, le ministère russe de la Défense a annoncé que des membres de groupes terroristes avaient lancé des obus remplis de substances toxiques sur des zones résidentielles d'Alep, faisant 46 blessés, dont huit enfants.

Le ministère a rappelé que les Casques blancs syriens cherchaient à organiser des provocations aux armes chimiques dans la zone démilitarisée d'Idlib afin d'en faire accuser les forces gouvernementales.

Dossier:
Sommet du G20 à Buenos Aires (2018) (30)

Lire aussi:

Pourquoi des affiches de l’État sur le pass sanitaire étaient datées de janvier 2020? Explications
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
«La gorge me brûlait»: voici ce qui s’est passé dans la salle de cinéma évacuée à Annecy en pleine première d’OSS 117
Togo: Sitôt construit, un barrage s'écroule… les espoirs des villageois aussi – photos
Tags:
Syrie, Buenos Aires, Alep-Ouest, G20, BRICS, Casques blancs syriens, sommet du G20 en Argentine (2018), armes chimiques, terrorisme, crise syrienne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook