Ecoutez Radio Sputnik
    Le Caire

    Un étudiant britannique interpellé en Égypte pour une «photo interdite»

    © Sputnik . Eduard Pesov
    International
    URL courte
    484

    Un étudiant britannique a été interpellé le 21 novembre en Égypte pour avoir photographié avec son portable un avion militaire des Forces aériennes égyptiennes. Le ministère britannique des Affaires étrangères cherche désormais à obtenir la permission d'un accès consulaire.

    Le ministère britannique des Affaires étrangères a indiqué le 29 novembre qu'il réclamait des informations à l'Égypte après l'arrestation d'un Britannique dans la ville portuaire d'Alexandrie, accusé d'espionnage selon la BBC.

    «Nous cherchons à obtenir plus d'informations des autorités égyptiennes après l'arrestation d'un Britannique à Alexandrie, ainsi que la permission d'un accès consulaire. Notre équipe assiste sa famille», a indiqué le ministère dans un communiqué.

    Interrogé par l'AFP, le ministère s'est refusé à commenter la raison de son arrestation, mais a indirectement confirmé qu'il s'agissait de Muhammad Abul-Kasem, un expatrié de 19 ans originaire de Manchester (nord de l'Angleterre), comme l'affirme la BBC en citant sa famille.

    Selon le groupe audiovisuel britannique, le jeune homme a été arrêté le 21 novembre à son arrivée de Libye, pays d'origine de son père où il a vécu pendant deux ans, après que les autorités égyptiennes ont découvert dans son téléphone portable une photo d'un avion militaire.

    Sa famille affirme que la photo a été prise à travers le hublot de son avion alors qu'il atterrissait à l'aéroport d'Alexandrie.

    Lire aussi:

    L’Iran affirme avoir neutralisé une série de cyberattaques US et raille l’armée américaine
    Feu vert de Trump pour des cyberattaques contre les systèmes de contrôle de missiles iraniens?
    Trump dit quel message il voit dans la destruction du drone US par Téhéran
    Tags:
    espionnage, interpellation, Egypte, Alexandria (Virginie)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik