International
URL courte
14393
S'abonner

Compte tenu du caractère sensible que revêt le problème kurde pour la région, les démarches américaines sur la rive est de l’Euphrate risquent d’avoir des conséquences périlleuses, estime Sergueï Lavrov.

La présence américaine sur la rive est de l'Euphrate ainsi que dans d'autres zones de la Syrie, où sont déployées des forces kurdes, risque d'être lourde de conséquences pour toute la région, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

«Ils (les États-Unis, ndlr) jouent la carte kurde dans le cadre de leurs démarches sur la rive orientale ainsi que dans d'autres régions de la Syrie, où ils possèdent leurs conseillers et leurs forces spéciales», a indiqué Sergueï Lavrov dans l'émission «Moscou. Kremlin. Poutine» de la chaîne Rossiya 1.

«C'est un jeu très dangereux, compte tenu de la gravité du problème kurde dans plusieurs pays de la région. Non seulement en Syrie, mais en Irak, en Iran, et évidemment en Turquie», a-t-il poursuivi.

Selon le ministre, les États-Unis cherchent à présenter leurs actions comme provisoires alors que tout ce qui se passe sur la rive est viole le principe de l'intégrité territoriale protégé par la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu.

Ce n'est pas la première fois que la Russie fait part de sa préoccupation sur la situation sur la rive orientale de l'Euphrate où stationnent les Américains.
À la mi-octobre, Maria Zarkarova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré que les «Américains mènent la danse» dans la zone «en s'appuyant sur leurs alliés parmi les Kurdes».

Lire aussi:

Nuit de chaos à Argenteuil, des policiers visés par des tirs de mortiers - vidéos
«Tu vas en prendre plein la gueule»: un maire met en garde Macron qui prépare son tour de France
L’eau: l’arme secrète d’Erdogan contre la Syrie
Marine chinoise face à l’US Navy: «Les rapports de forces sont en train de s’inverser en nombre»
Tags:
Kurdes, Sergueï Lavrov, États-Unis, Syrie, Euphrate
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook