Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Sergueï Lavrov précise ce qui unit la Chine, l’Inde et la Russie

    © Sputnik . Roman Makhmoutov
    International
    URL courte
    9560

    Invité de l’émission de télévision «Moscou. Kremlin. Poutine» sur la chaîne russe Rossiya 1, Sergueï Lavrov a déclaré que leurs positions géographiques et leurs vues communes sur les problèmes fondamentaux du monde font de la Chine, de l’Inde et de la Russie des alliés.

    Le ministre russe des Affaires étrangères a expliqué ce dimanche, dans l'émission de télévision «Moscou. Kremlin. Poutine» diffusée sur la chaîne russe Rossiya 1, ce qui unissait Moscou, New Dehli et Pékin.

    «Le fait que nous sommes connectés par nos territoires sur le plan géographique, que nos points de vue politiques sur les problèmes de l'ordre qui régit le monde sont identiques, qu'il est de notre intérêt que toutes les oppositions soient réglées par des moyens pacifiques et que fonctionne un système économique et commercial ouvert, libre, équitable, tout cela nous fait de nous des alliés sur ces questions», a déclaré le diplomate russe.

    Sergueï Lavrov a en outre indiqué que tous les pays des Brics, y compris l'Inde et la Chine, sont co-auteurs de la déclaration dénonçant les actes illicites par rapport aux missions de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques et demandant à tous les pays de respecter la Convention sur les armes chimiques et les engagements qu'ils ont pris dans son cadre.

    En outre, selon le ministre russe des Affaires étrangères, Moscou et New Dehli «adoptent une attitude solidaire» à l'Onu lors des votes sur les questions de fond. 

    Lire aussi:

    Au moins deux morts après un atterrissage en urgence en Russie (vidéo)
    La canicule fait ses premiers morts en France
    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    Tags:
    ordre mondial, vision, entretien, ONU, BRICS, Sergueï Lavrov, Inde, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik