Ecoutez Radio Sputnik
    Yaoundé, Cameroun

    Privés de Coupe d'Afrique des Nations de foot, les Camerounais déçus et ulcérés

    © Sputnik . Anicet Simo
    International
    URL courte
    Anicet Simo
    241

    Le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF), réuni vendredi 30 novembre à Accra au Ghana, a officiellement décidé de retirer l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2019 au Cameroun. Dans le pays, l’heure est à la déception et à l’indignation après plusieurs mois de vives polémiques et de débats autour du sujet.

    «C'est une injustice qui a été fomentée depuis plus d'un an aujourd'hui, et donc nous ne pouvons pas accepter cela. Je leur demanderais tout simplement, comme ils se prennent pour les tout-puissants, les officiels de la CAF, pareil comme à la FIFA, qu'ils continuent à faire ce qu'ils font.

    Mais c'est tout simplement honteux, honteux pour le football, honteux pour un pays qui a tout donné à l'Afrique», s'indigne Roger Milla, ancien international camerounais, au micro de Sputnik.

    Comme pour cette légende du football africain, la nouvelle a pris les Camerounais par —mauvaise- surprise.

    Roger Milla, ancien footballeur camerounais, crie à l'injustice.

    Dans cet espace commercial de la capitale Yaoundé, des citoyens massés devant un poste téléviseur suivent attentivement le match pour la 3e place de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) de football féminin, opposant les lionnes indomptables du Cameroun au Mali. C'est devant ce match qu'ils accueillent, la décision de la Confédération Africaine de Football (CAF). C'est notamment le cas de Jude, la quarantaine, un brin désabusé.

    «Je n'arrive pas à croire. Donc avec tous les efforts là, on nous a retiré la CAN? Si c'est confirmé, alors là je suis vraiment déçu. Nous étions sur la bonne voie et tout le pays attendait déjà cet événement pour vivre encore un grand moment de joie.»

    Des spectateurs suivent le match de la CAN féminine Cameroun contre Mali, dans le centre-ville de Yaoundé, vendredi 30 novembre. Yaoundé, Cameroun
    © Sputnik . Anicet Simo
    Des spectateurs suivent le match de la CAN féminine Cameroun contre Mali, dans le centre-ville de Yaoundé, vendredi 30 novembre. Yaoundé, Cameroun

    Non loin de là, de jeunes vendeurs de drapeaux, gadgets et effigies des lions indomptables du Cameroun sont aussi désemparés. Ils comptaient sur la grand-messe du football continentale pour faire de bonnes affaires.

    «Comment ils ont pu nous faire ça? On comptait sur la CAN pour vendre. J'avais déjà renouvelé mon stock de marchandises. Le Président a dit qu'on sera prêts. Le président de la CAF est passé devant nous ici à Yaoundé. Qu'est-ce qui n'a pas marché?» lance Ahmed, l'air furieux.

    Espace marchand au centre-ville Yaoundé
    Sputnik
    Espace marchand au centre-ville Yaoundé

    Déception, indignation et interrogations, partagées globalement dans l'opinion. Léandre Nzié, journaliste sportif camerounais, a également reçu cette nouvelle comme «un coup de massue»:

    «C'est une grosse déception pour le jeune journaliste que je suis, après avoir vécu l'engouement que l'organisation d'une telle fête a créé dans des pays comme le Gabon et la Guinée. J'aurais personnellement voulu aussi vivre cela chez moi au Cameroun, mais hélas, ce ne sera pas pour cette fois-ci et c'est bien dommage.
    La douleur est énorme: en 1972, nous n'étions pas nés, en 2016 lors de la CAN féminine, on avait vu les prémices de la ferveur qu'une pareille organisation peut créer, donc on s'est dit que pour la CAN masculine, se serait la totale. Malheureusement, ça ne sera pas le cas.»

    Le chroniqueur sportif cache mal son amertume vis-à-vis de cette décision jugée «sévère» de la confédération africaine de football.

    «Je pense que cette décision est très sévère quand on sait que lorsque le Cameroun obtient l'organisation de cette CAN, il n'est aucunement question d'accueillir autant d'équipes [24 équipes, ndlr].
    Mais le Cameroun a accepté sans condition de conserver cette organisation avec un cahier de charge différent que celui du départ [16 équipes, ndlr], donc je pense que la CAF aurait du faire preuve d'un peu plus d'indulgence vis-à-vis du Cameroun vu qu'elle avait le temps.»

    Nombreux sont ceux qui voient dans cette décision de la CAF pas moins qu'une gifle préméditée d'Ahmad Ahmad au pays de son prédécesseur. C'est le cas de Roger Milla: joint au téléphone par Sputnik, l'ancien footballeur n'y va pas avec le dos de la cuillère.

    «C'est malhonnête. Il [Ahmad Ahmad, ndlr] a fait un aller et retour au Cameroun, qui lui a permis de rencontrer le chef de l'État, avec l'objectif d'humilier notre Président? Il pense pouvoir faire du mal à notre chef de l'État ou à notre peuple, il se trompe largement. Il s'attaque à M. Issa Hayatou, il peut faire ce qu'il a fait?»

    Roger Milla, ancien footballeur camerounais s'en prend au président de la CAF.

    Beaucoup d'observateurs semblent convaincus d'une soif de vengeance de l'actuel patron de la CAF à l'égard d'Issa Hayatou, ancien président de l'instance, qui a retiré à Madagascar l'organisation de la CAN 2017 des moins de 17 ans pendant son règne ou encore le désir du président de la CAF de renvoyer l'ascenseur à ses bienfaiteurs marocains, principaux soutiens de son élection, et dont le pays est pressenti pour être le plan de secours de la confédération. Une thèse largement répandue dans l'opinion au Cameroun et partagée par Mathias Eric Owona Nguini, politologue.

    «L'équipe dirigeante de la CAF était dans une démarche de tout faire pour attribuer la CAN 2019 à un pays autre que le Cameroun et cette démarche est apparue à partir du moment où le cahier de charges a été alourdi, en faisant passer d'une CAN de 16 à une CAN de 24. Du début jusqu'à la fin du processus, le président de la CAF a toujours fait état de ses doutes vis-à-vis de la capacité camerounaise à organiser la Can 2019 dans les délais.»

    Pourtant, certains reconnaissent à demi-mot les raisons évoquées par la CAF, notamment les retards accusés dans la construction des infrastructures.

    «D'une part, elles peuvent sembler justifiées, mais on sait aussi que la CAF avait un compte à régler avec le Cameroun. Mais de toute façon, nous payons principalement le prix de notre forfaiture interne. Nous sommes les principaux responsables de notre situation.
    Même si la CAF avait un plan contre nous, c'est nous qui avons donné le fouet pour nous faire battre. C'est un problème d'abord interne, c'est un problème de gouvernance, c'est un problème d'incompétence, c'est problème de management» souligne Richard Makon, analyste politique camerounais.

    Le gouvernement camerounais a réagi samedi 1er décembre, par la voix de son porte-parole. Issa Tchiroma Bakary crie à l'injustice.

    «Face à cette injustice flagrante, le Gouvernement de la République demande au Peuple camerounais de garder toute sa sérénité et de ne pas céder à la tentation des polémiques stériles.»

    Cinq fois champion d'Afrique et détenteur actuel du titre, le Cameroun n'a organisé la CAN qu'une fois, en 1972. En septembre 2014, le Comité exécutif de la confédération africaine de football désignait le pays des Lions indomptables comme pays-hôte de cette édition 2019. Une édition devenue particulière par la suite, car étant la première à se dérouler durant l'été et à réunir non pas 16, mais 24 équipes.

    Le comité exécutif de la CAF s'est réuni vendredi 30 novembre à Accra, la capitale du Ghana, et après examen des comptes-rendus des visites d'inspection, il a décidé de retirer l'organisation de la compétition au Cameroun. «Aujourd'hui, nous avons pris la décision de retirer la CAN-2019 au Cameroun», a annoncé Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de football lors d'une conférence de presse, après plus de dix heures de réunion à huis clos. La CAF a estimé que le Cameroun n'était pas prêt à accueillir l'événement, accusant des retards notamment en matière d'infrastructures et de sécurité.

    La situation sécuritaire au Cameroun est actuellement très tendue alors que le pays subit des attaques persistantes des djihadistes de Boko Haram dans le nord du pays et un conflit en cours entre l'armée et des séparatistes dans les deux régions anglophones du pays. La Coupe d'Afrique des nations 2019 devrait avoir lieu en juin prochain.

    Lire aussi:

    Privé de Coupe d'Afrique des Nations de foot, le Cameroun calme le jeu
    Le Cameroun privé de CAN 2019, une crise du foot qui tourne à la crise politique
    Selon le président de la CAF, désormais le Cameroun organisera bien la CAN
    Tags:
    football, Coupe d'Afrique des nations CAN, Confédération africaine de football (CAF), FIFA, Issa Hayatou, Roger Milla, Mathias Eric Owona Nguini, Ghana, Accra, Yaoundé, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik