Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    Un associé de Trump aurait négocié l’extradition de Julian Assange aux États-Unis

    © Sputnik . Alex McNaughton
    International
    URL courte
    4211

    À la mi-mai 2017, Paul Manafort, l'ancien responsable de la campagne présidentielle de Donald Trump, avait tenté de négocier un accord avec le Président de l'Équateur, visant à extrader Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, selon The New York Times.

    Lors de sa visite à Quito à la mi-mai 2017, Paul Manafort avait, avec le Président équatorien Lenin Moreno, posé les bases d'un accord dans le cadre duquel Washington pourrait octroyer certaines concessions financières à l'Équateur, en échange de l'extradition de Julian Assange aux États-Unis, relate le journal The New York Times.

    D'après le quotidien, l'accord potentiel a été annulé après la nomination de Robert Mueller comme avocat spécial chargé d'enquêter sur l'ingérence présumée de la Russie lors de l'élection présidentielle américaine de 2016, M.Manafort faisant alors l'objet des poursuites judiciaires.

    Paul Manafort et son partenaire, Rick Gates, sont accusés d'avoir reçu des dizaines de millions de dollars pour un lobbying effectué dans l'intérêt de l'Ukraine, entre 2006 et 2015. Ils auraient, par ailleurs, blanchi les fonds reçus en transgressant la loi sur l'enregistrement des agents étrangers (Foreign Agents Registration Act, FARA), énonce l'acte d'inculpation dans l'enquête sur la prétendue ingérence russe dans la course à la présidence aux États-Unis.

    Manafort est au total inculpé de 12 chefs d'accusation, dont de complot contre les États-Unis et de fausses déclarations. Toutefois, l'acte d'accusation n'évoque pas la prétendue collusion entre l'équipe du candidat républicain Donald Trump et les autorités russes pendant cette même campagne.

    En 2012, Julian Assange avait trouvé asile à l'ambassade équatorienne de Londres, dans le but d'échapper à une extradition vers la Suède où il était recherché pour viol et agression sexuelle. Bien que ces poursuites aient été abandonnées en 2017, le tribunal de Westminster a maintenu le mandat d'arrêt contre M.Assange, indiquant qu'il avait été délivré après que ce dernier a enfreint les conditions de sa liberté sous caution.

    Lire aussi:

    Lavrov: Kiev «a des révélations à faire» sur son ingérence dans la présidentielle US
    Président équatorien: «les conditions sont réunies» pour qu'Assange quitte l'ambassade
    Poutine sur l'affaire Manafort: il a travaillé avec Ianoukovitch, Moscou n'y est pour rien
    Tags:
    Paul Manafort, Donald Trump, Robert Mueller, Equateur, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik