International
URL courte
Brexit (2018) (68)
11215
S'abonner

La figure emblématique du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) a annoncé mardi son départ dans les pages du quotidien britannique The Daily Telegraph.

Le co-fondateur de UKIP et fervent partisan du Brexit, Nigel Farage, a annoncé mardi sa décision de quitter le parti.

«Avec le cœur lourd, je quitte UKIP. Ce n'est pas le parti du Brexit dont notre pays a tant besoin», a-t-il écrit dans un article pour The Daily Telegraph.

Lors de son émission sur LBC, il a expliqué cette décision par le fait qu’il ne pouvait pas partager le cap que le parti avait choisi.

«Au cours des derniers mois, il [le leader du parti Gerard Batten, ndlr] semble être assez obsédé par l'islam. UKIP n'a pas été fondé pour être un parti basé sur la croisade religieuse», a-t-il souligné.

M. Farage a également critiqué la décision de Gerard Batten de prendre le militant Tommy Robinson comme conseiller.

«Il est également obsédé par ce personnage appelé Tommy Robinson, considéré par certains comme un grand héros se battant pour les gens de la classe ouvrière, mais qui a un casier judiciaire assez suspect et qui a amène avec lui un groupe de gens impliqués dans des bagarres et la violence», a expliqué M. Farage.

Depuis le référendum sur le Brexit en juin 2016, UKIP a dû mal à trouver une raison d'être. Confronté à des difficultés financières, le parti a dû remplacer son chef quatre fois en deux ans, après le départ de ce poste de Nigel Farage en juillet 2016.

À l'issu des élections législatives de juin 2017, le parti n'a obtenu aucun siège au parlement, ne rassemblant que 1,8% des voix, contre 12,6% en 2015.

Dossier:
Brexit (2018) (68)

Lire aussi:

Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Plusieurs individus soupçonnés de préparer un attentat interpellés à Brest
Tags:
Brexit, Nigel Farage, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik