International
URL courte
7433
S'abonner

La partie russe a proposé aux États-Unis de démanteler leur base à Al-Tanf en Syrie pour établir un contrôle commun dans la zone, mais Washington n’a pas réagi, selon le chef d’état-major interarmées russe.

Les États-Unis n'ont pas répondu à la proposition russe de mettre en place un contrôle commun sur la frontière dans la zone d'Al-Tanf (sud-ouest de la Syrie), a déclaré mercredi le chef d'état-major interarmées russe, Valeri Guerassimov.

«Nous avons proposé de démanteler la zone [de sécurité, ndlr] pour établir un contrôle commun russo-américain sur le passage frontalier, mais les partenaires américains ont laissé nos propositions sans réponse», a fait savoir M.Guerassimov, lors d'une conférence de presse organisée pour les attachés militaires étrangers.

Selon lui, le maintien par les seuls USA de la «zone de sécurité» autour d'Al-Tanf permet aux «groupes armés de poursuivre leurs activités terroristes» visant notamment les forces gouvernementales.

Pour leur part, les Américains justifient leur présence militaire dans la région concernée par la nécessité de faire contrepoids à l'Iran, accusé de transférer des armes et des équipements militaires en Syrie via la frontière syro-irakienne, a expliqué le chef d'état-major russe.

Lire aussi:

L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
crise syrienne, terrorisme, base militaire, zone de sécurité, frontière, armes, Valéri Guérassimov, Iran, Russie, États-Unis, Al-Tanf, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook