Ecoutez Radio Sputnik
    Une décharge

    Fraude fiscale en Algérie: un homme a importé 17 conteneurs d’ordures pour 300.000 euros

    © Sputnik . Valery Melnikov
    International
    URL courte
    10419

    Pour faire sortir illicitement 300.000 euros vers l’étranger, un homme d’affaires algérien a importé 17 conteneurs d’ordures ménagères, a informé la presse locale en indiquant que «la marchandise» avait été découverte le 4 décembre par les douaniers du port de la ville de Bejaïa, dans l’est de l’Algérie.

    Les fraudeurs fiscaux en Algérie ne manquent vraiment pas d'imagination et d'ingéniosité. En effet, le 4 décembre, les douaniers du port de la ville de Bejaïa, en petite Kabylie, dans l'est du pays, ont mis la main sur 17 conteneurs remplis d'ordures ménagères, importés de l'étranger par un homme d'affaires qui aurait transféré illicitement 300.000 euros dans cette opération. Les faits ont été rapportés par la presse locale, en précisant qu'une enquête avait été diligentée pour déterminer les dessous de l'affaire, ce qui relance le débat national sur la question de la fuite des capitaux vers l'étranger qui continue de saigner à blanc l'économie algérienne.

    Selon le site d'information Observ'Algérie, l'homme d'affaires en question n'est autre qu'Amouri Laroussi, le fondateur et PDG du groupe Amouri, qui compte 20 sociétés différentes en son sein.

    Après avoir été actif dans l'immobilier, l'homme s'était lancé dans l'industrie des matériaux de construction, notamment la production de briques, où il avait pu faire fortune, selon la même source. Il gérait également une société en France entre 1998 et 2009, a-t-elle encore ajouté.

    Lire aussi:

    Le tourisme «de déchets» en France: une nouvelle distraction des Suisses
    Un père déterre le portable de son fils dans une décharge de 15 mètres
    «Pollueurs russes»: la «fumée» du consulat déclenche une vague d'hallucinations aux USA
    Tags:
    fraude fiscale, importations, déchets, conteneurs, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik