International
URL courte
16041
S'abonner

Si Damas et Moscou ont dénoncé le 24 novembre une attaque chimique, selon les informations préliminaires au chlore, qui a intoxiqué une cinquantaine de personnes, le département d’État américain donne aujourd'hui sa version de ce qui est survenu, estimant que «des forces pro-syriennes avaient probablement» utilisé du gaz lacrymogène ce jour-là.

Le porte-parole du département d'État, Robert Palladino, a affirmé que des groupes radicaux n'étaient pas derrière l'attaque chimique lancée le 24 novembre sur le quartier d'al-Khalidiah, à Alep, accusant les forces gouvernementales d'avoir «probablement» eu recours, à du gaz lacrymogène.

«Les États-Unis rejettent catégoriquement» les informations selon lesquelles des groupes terroristes ont effectué une attaque au chlore dans le nord-ouest d'Alep fin novembre et affirment «disposer d'informations» prouvant que des soldats syriens ont «probablement utilisé du gaz lacrymogène contre les civils» de cette ville, a déclaré vendredi M.Palladino.

En outre, le porte-parole a accusé des Russes et des Syriens d'avoir participé à cet incident au cours duquel auraient été, selon lui, utilisés des moyens lacrymogènes.

Le 24 novembre, l'agence de presse syrienne Sana a annoncé que des terroristes avaient attaqué le quartier d'al-Khalidiah, à Alep. Le ministère russe de la Défense a fait savoir que le pilonnage avait fait 46 intoxiqués, dont huit enfants. Un bilan évoqué par Sana le lendemain faisait état de 107 blessés. D'après les informations préliminaires évoquées par la Défense russe, il s'agissait de chlore.

Le 25 novembre, l'aviation russe a frappé les positions terroristes d'où était parti la veille le pilonnage d'Alep. Ce raid est intervenu après que le renseignement militaire a découvert, dans le nord de la zone démilitarisée d'Idlib, le matériel avec lequel avait été réalisée cette attaque.

Le représentant des Troupes russes de protection radiologique, biologique et chimique (RKhBZ), Konstantin Potemkine, a indiqué que l'analyse initiale des fragments de munitions permettait de conclure que les terroristes d'al-Nosra* ont utilisé des obus de 120 mm remplis de substances chimiques de fabrication artisanale. Il a ajouté que la composition de ces substances serait établie après un examen dans le laboratoire de la base aérienne de Hmeimim.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Un séisme de magnitude 7,7 frappe la Jamaïque
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
La femme de Kobe Bryant a échappé à la mort grâce à cet accord passé avec son époux
Tags:
attaque chimique, gaz lacrymogènes, civils, accusations, chlore, Département d'Etat des Etats-Unis, Robert Palladino, Alep, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik