International
URL courte
13450
S'abonner

Le ministère russe de la Défense a déclaré ce vendredi disposer de preuves incontestables de l’emploi d’armes chimiques par les terroristes à Alep.

La Russie dispose de preuves irréfutables de l'emploi d'armes contenant des substances chimiques par les terroristes le 24 novembre à Alep, a déclaré vendredi aux journalistes le ministère russe de la Défense.

«La Russie possède des preuves incontestables du fait que les terroristes ont fait usage, le 24 novembre 2018 à Alep, d'armes chimiques contre les civils», a indiqué la Défense.

Le 24 novembre, l'agence de presse syrienne Sana a annoncé que des terroristes avaient attaqué le quartier d'al-Khalidiah, à Alep. Le ministère russe de la Défense a fait savoir que le pilonnage avait fait 46 intoxiqués, dont huit enfants. Un bilan évoqué par Sana le lendemain faisait état de 107 blessés. D'après les informations préliminaires évoquées par la Défense russe, il s'agissait de chlore.

Le 25 novembre, l'aviation russe a frappé les positions terroristes d'où était parti la veille le pilonnage d'Alep. Ce raid est intervenu après que le renseignement militaire a découvert, dans le nord de la zone démilitarisée d'Idlib, le matériel avec lequel avait été réalisée cette attaque.

Le représentant des Troupes russes de protection radiologique, biologique et chimique (RKhBZ), Konstantin Potemkine, a indiqué que l'analyse initiale des fragments de munitions permettait de conclure que les terroristes d'al-Nosra* ont utilisé des obus de 120 mm remplis de substances chimiques de fabrication artisanale. Il a ajouté que la composition de ces substances serait établie après un examen dans le laboratoire de la base aérienne de Hmeimim.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
«Nous nous dirigeons vers un drame économique et social inédit» en France
Au Maghreb, les sites porno imbattables même face au Covid-19 - exclusif
Ancien sous-préfet, chargé du maintien de l’ordre: «désormais, j’ai peur de la police»
Tags:
base aérienne, blessés, chlore, frappe aérienne, zone démilitarisée, armes chimiques, SANA, ministère russe de la Défense, Hmeimim, Idlib, Alep, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook