Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Gilets jaunes: Erdogan dénonce la «violence» des autorités françaises

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (236)
    6210020

    Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé le recours «disproportionné» à la force par les autorités françaises lors des manifestations des Gilets jaunes, d'après les médias. Il a fait cette déclaration une quinzaine de jours après avoir comparé les actions des Gilets jaunes à des «actes terroristes».

    La police française réagit avec trop de violence aux actions des Gilets jaunes, a déclaré samedi le Président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours prononcé à Istanbul.

    «Nous sommes à la fois contre le chaos provoqué par des manifestants et contre la violence disproportionnée exercée contre eux», a indiqué le chef de l'État turc, cité par les médias.

    À Paris, 615 personnes ont été interpellées dont 508 ont été placées en garde à vue, d'après la préfecture. Il y a eu 30 blessés à Paris, dont trois parmi les forces de l'ordre. Des affrontements violents entre forces de l'ordre et manifestants, qui ont mis le feu à une voiture, se déroulent avenue Marceau, près des Champs-Elysées.

    Selon M.Erdogan, les images provenant de la capitale française et d'autres villes de France «démontrent que l'Europe a raté son examen de démocratie, de droits de l'homme et de libertés».

    «Ah! Voyez un peu ce que font les policiers de ceux qui critiquaient nos policiers», a-t-il ajouté.

    Ce samedi, la gendarmerie a mobilisé 12 véhicules blindés, 89.000 membres des forces de l'ordre sont déployés en France, dont 8.000 à Paris. Les chiffres de mobilisation des forces de l'ordre sont sans précédent depuis le soulèvement étudiant de Mai 1968, note Reuters, précisant que l'effectif est en augmentation de plus de 70% par rapport au 1er décembre.

    Le Président turc à en outre reproché à l'Europe d'avoir gardé le silence pendant le coup d'État avorté en Turquie en 2016.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (236)

    Lire aussi:

    Blindés, flashball, incendies... L'acte IV des Gilets jaunes dégénère à Paris (vidéo)
    «Arme secrète» lors des manifs du 8 décembre? La gendarmerie met les points sur les i
    «Gilets jaunes»: la mobilisation du 1er décembre plus forte que celle du samedi précédent
    Tags:
    gilets jaunes, violences, police, Recep Tayyip Erdogan, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik