Ecoutez Radio Sputnik
    Gilets jaunes le 1 décembre 2018 à Paris

    Dans les pas des Gilets jaunes, des Tunisiens voient rouge

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    Safwene Grira
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)
    4264

    La ligne jaune est franchie pour de mystérieux «gilets rouges» tunisiens, qui entendent protester contre la cherté de la vie et appeler à «sauver le pays» de «l'échec de la classe politique». L'annonce a rencontré un certain succès... soupçons et critiques, alors que rien ne garantit que le mouvement survivra à l'effet d'annonce.

    Un collectif de «jeunes Tunisiens» a annoncé, samedi 8 décembre, se constituer en «gilets rouges», en réaction à «l'échec de l'actuelle classe politique» aux commandes depuis 2011.

    Le «mouvement», qui assume ses affinités avec les Gilets jaunes en France, entend toutefois replacer son combat dans un contexte tunisien, marqué par une crise économique et politique, à la veille du 8e anniversaire du soulèvement qui a marqué le début des Printemps arabes.

    Manifestations des Gilets jaunes à Paris
    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    La Tunisie a connu du 17 décembre 2010 au 14 janvier 2011 une contestation populaire non structurée qui a abouti au renversement du président Zine El Abidine Ben Ali. En dépit d'acquis institutionnels et politiques enregistrées, le pays est depuis en proie à une situation économique fragile.

    «Devant l'échec de ce système à rencontrer, a minima, les aspirations populaires à une vie digne […] nous, groupe de jeunes Tunisiens, annonçons aujourd'hui officiellement (sic), le lancement de la campagne des gilets rouges, pour le salut de la Tunisie», annonce le communiqué publié sur le réseau social Facebook.

    La campagne, dont l'identité des instigateurs et le positionnement politique ne sont pas révélés, a été relayée depuis plusieurs jours par des plateformes médiatiques privées.
    Si le communiqué marque «officiellement» la naissance de la campagne, des dizaines de publications annonçant «la couleur» étaient publiées depuis le 1er décembre, sur la même page du réseau social Facebook.

    «Contre la cherté de la vie et le chômage qui frappe la jeunesse tunisienne»

    Alors qu'elle a rencontré un certain nombre d'adhésions, notamment auprès de personnalités publiques, cette campagne a également soulevé critiques et interrogations de plusieurs observateurs. Alors que certains contestaient la viabilité de la démarche, d'autres y voyaient une manœuvre douteuse destinée à être récupérée par des acteurs politiques, qui en seraient également à l'origine.
    Des accusations ont notamment été portées contre un publicitaire et patron d'une télévision privée. Celui-ci a aussitôt démenti ces accusations en promettant de poursuivre les parties à l'origine de ces rumeurs.

    Le mouvement des Gilets jaunes est apparu en France, à la fin du mois d'octobre, pour protester contre la hausse du prix du carburant, avant de s'élargir à une quarantaine d'autres revendications.

    Dès le mois de novembre, le mouvement s'est exporté en Belgique, en Bulgarie et en Allemagne. L'ampleur des manifestations enregistrées dans ces pays européens restait, toutefois, de moindre envergure comparée à la mobilisation en France.
    En Afrique, un collectif Burkinabè a récemment appelé à une manifestation nationale, le 13 décembre, «pour dire non à la hausse des prix du carburant, et à l'injustice sous toutes ses formes».

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    gilets rouges, gilets jaunes, manifestation, protestations, Burkina Faso, Tunisie, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik