International
URL courte
Fusillade près du marché de Noël de Strasbourg (39)
21134
S'abonner

Selon le journal allemand Bild, la police française a échoué à appréhender l'auteur présumé de la récente attaque de Strasbourg avant même qu’elle ait eu lieu. En effet, il aurait été chez lui lors de la perquisition le matin de l’attentat organisée dans le cadre d’une affaire de tentative de meurtre.

L'auteur présumé de l'attaque de mercredi soir à Strasbourg était dans son appartement lorsque la police française, qui planifiait de l'appréhender, s'y est rendue le matin même de l'attaque. Mais il a réussi à s'échapper, a fait savoir jeudi le quotidien allemand Bild, en citant ses propres sources.

Selon le journal, les forces de l'ordre recherchaient Cherif Chekatt, 29 ans, et trois autres personnes soupçonnées de tentative de meurtre. Mardi matin, la police est arrivée au domicile du suspect. Il était chez lui mais a réussi à fuir. Plus tard, des armes dont des grenades, un pistolet et des couteaux de chasse ont été découverts lors de la perquisition de son appartement.

Une fusillade s'est produite le 11 décembre dans le centre-ville de Strasbourg, où se tient un marché de Noël. D'après différentes sources, l'auteur présumé de l'attaque, Cherif Chekatt, était fiché S. À ce stade, il n'a pas encore été localisé malgré la mobilisation de plus de 700 policiers et gendarmes lancés à sa recherche. Selon Bild, il n'est pas exclu que l'attaquant ait été blessé à la jambe, mais il a quand même réussi à s'échapper pour la deuxième fois.

Le bilan, toujours provisoire, est désormais établi à 3 personnes décédées, 5 blessés graves et 8 blessés légers après la fusillade de mardi soir. À la suite du drame, le niveau d'alerte du plan Vigipirate a été élevé à «urgence attentat».

Dossier:
Fusillade près du marché de Noël de Strasbourg (39)

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
«Malaise identitaire français»: à qui la faute?
Tags:
Chérif Chekatt, Strasbourg, France, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik