Ecoutez Radio Sputnik
    Alstom

    L’avenir d’Alstom est-il compromis en Algérie à cause de la crise financière?

    © AFP 2019 SEBASTIEN BOZON
    International
    URL courte
    272

    La crise financière en Algérie serait de plus en plus en train d’impacter le bilan du groupe français Alstom à cause de la chute des commandes en rames de tramway, a indiqué le site Maghreb Confidentiel en affirmant que le chiffre d’affaires de l’entreprise en 2018 pouvait chuter de 80% par rapport à 2016.

    La décision du gouvernement algérien de geler beaucoup de projets structurants suite à la crise financière frappant le pays depuis 2014, causée par la chute des prix du pétrole, serait en train de compromettre sérieusement l'avenir du groupe français Alstom en Algérie, relate le 13 décembre le site d'information français Maghreb Confidentiel.

    «Cital, la joint-venture entre le français Alstom et la SNTF [Société nationale du transport ferroviaire, ndlr], peine à remplir son carnet de commandes», a expliqué le média en soulignant que les activités de montage de rames sont quasiment à l'arrêt dans l'usine à cause du gel des projets de construction de lignes de tramway dans plusieurs villes algériennes.

    Selon la même source, sur les 18 projets de lignes de tramway annoncés dans le cadre du programme quinquennal 2015-2019, pas moins de 12 ont été gelés. La ligne de tramway de Mostaganem, un des six projets maintenus, accuse encore des retards mettant ainsi l'usine de la ville d'Annaba du groupe français dans une situation où elle est obligée de stocker les rames prévues pour ce projet.

    À cause du rétrécissement de son carnet de commandes, l'entreprise française, selon des projections reprises par Maghreb Confidentiel, pourra voir son chiffre d'affaires en 2018 chuter de 80%, comparativement à 2016, année durant laquelle celui-ci avait atteint 150 millions de dollars.

    Actuellement, le chiffre d'affaires d'Alstom-Algérie n'est tiré que par son activité de maintenance.

    Le gouvernement algérien pourrait bien cesser de recourir au financement non conventionnel (planche à billets) à partir de janvier 2019 ou se contenter d'y recourir modérément par rapport à 2018, à cause de l'amélioration de la situation financière du pays, a affirmé, le 29 octobre, Fayçal Tadinit, le directeur général du Trésor public, devant la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), lors de l'examen du projet de loi de finances 2019.

    Tout en se félicitant du fait que l'Algérie avait réussi à traverser sans grandes difficultés cette année 2018, annoncée comme l'année de tous les dangers, avec un déficit commercial sensiblement réduit, une inflation contenue à un niveau acceptable, des réserves de changes stabilisées à 80 milliards de dollars (dans un contexte de rebond des prix du pétrole), et surtout, sans recours à l'endettement extérieur, M.Tadinit a souligné que «le Trésor public attend pour l'instant les chiffres et les indicateurs économiques pour les mois de novembre et de décembre 2018 avant de prendre, début 2019, les décisions concernant le financement non conventionnel».

    Lire aussi:

    Platini placé en garde à vue pour corruption sur la Coupe du monde au Qatar
    Pékin appelle Washington et Téhéran à «ne pas ouvrir la boîte de Pandore»
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Tags:
    chute, chiffre d'affaires, bilan, crise économique, Assemblée populaire nationale (APN) algérienne, Alstom, France, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik