Ecoutez Radio Sputnik
    Jeremy Corbyn

    Anonymous révèle qui a coordonné la campagne contre Jeremy Corbyn

    © AFP 2019 Daniel Leal-Olivas
    International
    URL courte
    10390
    S'abonner

    Le groupe britannique Integrity Initiative a joué un rôle important dans les efforts visant à discréditer le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn, selon des documents publiés par Anonymous.

    Des hackers associés au groupe Anonymous ont dévoilé une deuxième partie des documents de l'entreprise britannique Integrity Initiative (Initiative pour l'intégrité) qui affirme avoir pour vocation de lutter contre la propagande et la désinformation et dont les activités sont concentrées notamment sur la Russie.

    Selon les nouveaux documents publiés sur le site cyberguerrilla.org, l'entreprise en question opérait non seulement en Europe ou au Canada, mais aussi à l'intérieur du Royaume-Uni, et aurait été derrière une campagne menée sur Twitter ciblant du chef de file du Parti travailliste Jeremy Corbyn.

    Les documents contiennent également des informations relatives au travail d'Integrity Initiative et du Foreign Office dans le cadre de l'affaire sur l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia à Salisbury, ainsi qu'à la coopération avec les Casques blancs syriens.

    Les hackers ont en outre rendu publics des documents jetant la lumière sur les activités de l'Institute for Statecraft, entreprise associée à Integrity Initiative, qui entretient des liens étroits avec les agences militaires et de renseignement britanniques.

    Demandant aux dirigeants britanniques et aux dirigeants de l'UE de mener une enquête «honnête, ouverte et absolument transparente» sur les faits dévoilés, les hackers promettent de «revenir avec de nouvelles révélations» si leurs intentions n'étaient pas prises au sérieux.

    Tags:
    hackers, révélations, renseignement, désinformation, propagande, enquête, Foreign Office, Casques blancs syriens, Parti travailliste (Royaume-Uni), Anonymous, Sergueï Skripal, Jeremy Corbyn, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik