Ecoutez Radio Sputnik
    Arctique

    L'Arctique bientôt délaissé par les États-Unis?

    CC0 / Wolf Schram
    International
    URL courte
    11190

    Des analystes s’indignent des priorités de Donald Trump qui projette de construire un mur à la frontière mexicaine au lieu de rénover le parc des brise-glaces, relate The Hill. Les États-Unis perdent ainsi du terrain face à leurs concurrents en Arctique, notamment la Russie.

    Le projet de loi qui prévoit d'octroyer 5 milliards de dollars (4,4 milliards d'euros), demandés par le Président Trump pour le projet de mur à la frontière américano-mexicaine, étranglerait un programme visant à accroître la présence des États-Unis dans l'Arctique, a estimé Rafael Bernal dans les colonnes du journal The Hill.

    La version actuelle du projet de loi de financement n'inclut pas d'argent pour le programme des brise-glaces, alors qu'auparavant il était prévu d'y accorder 750 millions de dollars (663 millions d'euros). Cette somme permettrait de relancer le programme de construction et de rendre opérationnel le premier nouveau brise-glace de l'Arctique.

    Les États-Unis doivent recourir à Ebay pour obtenir des pièces de rechange pour leurs brise-glaces déjà vétustes, l'un d'eux a plus de 40 ans, a commenté une spécialiste citée dans l'article. Cependant, l'administration Trump s'amuse à construire un mur au lieu de s'occuper des vrais problèmes de la sécurité nationale, s'indigne-t-elle. Alors que la Russie possède 40 brise-glaces, dont certains sont de gros brise-glaces, a-t-elle ajouté.

    Or, les États-Unis n'exploitent actuellement que deux brise-glaces, dont un seul, un brise-glace de taille moyenne, se trouve dans l'Arctique, l'autre étant en Antarctique.

    «Les Russes en ont 40, les Chinois en ont quatre, le Canada en a six, l'Inde en construit deux. Qu'est-ce que nous avons? Allez, nous connaissons tous la réponse. Nous avons un brise-glace opérationnel et un navire polaire en Antarctique», a déclaré la sénatrice de l'Alaska Lisa Murkowski.

    Le navire polaire de la Garde côtière, le Pole Star, a déjà dépassé sa période d'utilisation prévue de 12 ans et a subi de graves dommages en janvier après qu'une de ses hélices a été endommagée par un morceau de glace, rappelle l‘auteur.

    «La diplomatie et la coopération sont vraiment creuses ou superficielles sans présence, a récemment déclaré le commandant de la Garde côtière, Karl Schultz. Si nous ne sommes pas présents […] aujourd'hui, devinez à qui appartiendra ce territoire demain? À nos concurrents.»

    Les autorités américaines ont averti que d'autres pays renforçaient leur présence dans la région arctique, principalement du fait que la couverture de glace permanente diminue en raison du changement climatique, permettant ainsi un accès plus facile aux ressources naturelles et aux nouvelles voies de navigation, lit-on dans l'article.

    Lire aussi:

    Le dernier cri de désespoir du copilote du crash du Boeing de Lion Air
    Brigitte Macron déclare forfait après des huées et des sifflets au stade de Reims (vidéo)
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Tags:
    mur, brise-glaces, Donald Trump, Arctique, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik