Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump prend part à la danse au sabre en Arabie saoudite

    Condamnations du Sénat US, réplique saoudienne, un jeu de rôles à usage interne

    © AFP 2019 MANDEL NGAN
    International
    URL courte
    Louis Doutrebente
    5210

    L'Arabie saoudite, par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, a réagi ce lundi 17 décembre aux condamnations du Sénat américain. Riyad dénonce cette «ingérence». Mais tant les résolutions américaines, que la réaction saoudienne s'adresse avant tout aux opposants internes des politiques de ces pays. Analyse.

    Riyad a tardé, mais les autorités du royaume saoudien ont fini par réagir. Ce lundi 17 décembre, le ministère des Affaires étrangères a dénoncé l'attitude de responsables politiques d'un pays «allié et ami».

    Quelque peu mis sous pression par la communauté internationale depuis le meurtre de Jamal Khashoggi et l'implication saoudienne dans la guerre au Yémen, le pouvoir de Mohammed ben Salmane tangue encore davantage depuis que le Sénat américain a adopté deux résolutions le visant directement.

    La première demande l'arrêt du soutien militaire américain à l'Arabie saoudite dans sa guerre contre les rebelles Houthis. Si la conjoncture —accord de paix et exposition médiatique- explique en partie cette résolution, elle se veut davantage symbolique et a un but très médiatique afin «redorer» le blason des valeurs que l'Amérique est censée répandre à travers le monde. En effet, malgré la puissance d'image d'enfants yéménites émaciés, le «megadeal» de 110 milliards de dollars d'armement est bien trop important pour le complexe militaro-industriel américain: le Sénat ne pourra jamais le casser.

     Les récentes discussions de paix sous l'égide de l'Onu et l'application d'un cessez-le-feu dans la province d'Hodeïda à compter de ce lundi à 21 h 00 GMT, n'y changeront rien. Ce coup est donc davantage symbolique que politique, les choix du président-businessman ne pouvant être officiellement dénoncés. Cependant, elle souhaite rappeler une réalité pas tout à fait négligeable, comme l'a rappelé Bernie Sanders:

    «Ce que nous avons fait aujourd'hui, c'est essentiellement dire que le Congrès des États-Unis en a marre de renoncer à sa responsabilité- la responsabilité constitutionnelle- en matière de guerre.»

    En revanche, la seconde résolution pourrait avoir de réelles répercussions, aussi bien sur un plan local qu'international. En effet, la majorité des sénateurs —56 voix contre 41- a adopté la semaine passée, une autre résolution condamnant l'homme fort d'Arabie saoudite: Mohammed ben Salmane, surnommé MBS. Le texte dénonce la responsabilité directe de MBS dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi et appelle le gouvernement du Royaume d'Arabie saoudite à veiller à ce que tous les responsables soient punis. Une condamnation à propos de laquelle s'insurge Riyad et son ministère des Affaires étrangères:

    ​«Le Royaume d'Arabie saoudite rejette la position exprimée récemment par le Sénat des États-Unis, qui se fondaient sur des affirmations et allégations sans preuve, et contenaient des ingérences flagrantes dans les affaires internes au royaume, sapant son rôle régional et international.»

    En visant le pouvoir de MBS, les Sénateurs américains «sapent le rôle régional et international» de l'Arabie saoudite, selon Riyad. Certes, une déstabilisation du prince héritier aurait indéniablement des conséquences sur de nombreux enjeux régionaux (guerre au Yémen, crise avec le Qatar, opposition avec l'Iran). Si ce n'est pas le premier effet recherché, certains Sénateurs ne verraient pas d'un mauvais œil un changement à la tête de l'Arabie saoudite et donc un changement probable de politique. En effet, un réajustement de la politique externe de Riyad pourrait être nécessaire pour les États-Unis, tant les décisions de MBS sur la scène régionale sont un échec: enlisement militaire au Yémen, défaite diplomatique face à Doha et triomphe stratégique de l'Iran sur la scène régionale.

    Mais ce texte vise principalement le Président Trump. Si la presse, de manière générale, parle d'un camouflet pour Donald Trump, l'adoption de cette résolution peut tout au moins être un avertissement pour la Maison-Blanche. En effet, les équipes du Président n'ont cessé de dédouaner le prince héritier dans l'affaire Khashoggi en minimisant son implication directe. La majorité des Sénateurs entendent donc, par le truchement de la CIA, s'opposer à la politique de Donald Trump et de son soutien inébranlable à MBS en condamnant ce dernier.

    Cependant, il convient de minimiser la force de ces résolutions. En effet, elles ne pourront être contraignantes qu'en janvier, une fois l'investiture des nouveaux parlementaires —les Démocrates ayant obtenu la majorité lors des élections de mi-mandat en novembre dernier. L'autre solution serait la prise en compte du Président, mais il est difficilement concevable que Donald Trump y accorde une quelconque attention.

    Le Prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane à Londres
    © AP Photo / Alastair Grant

    Quant à la réaction de Riyad, le ministère des Affaires étrangères rappelle que l'Arabie saoudite est en pointe pour lutter contre le terrorisme international. Si cette déclaration est à destination de ses accusateurs, elle l'est aussi à des fins de politique interne. En effet, MBS a limité considérablement le pouvoir des religieux et de fortes personnalités dans son pays. Le jeune prince héritier avait embastillé au Carlton, sous couvert de lutte contre la corruption et contre le financement du terrorisme, des centaines de princes saoudiens.

    Lire aussi:

    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    traité de paix, commerce d'armes, implication, complexe militaro-industriel, paix, alliance, résolution, meurtre, accusations, vote, guerre, Chambre des représentants des Etats-Unis, Sénat des États-Unis, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Jamal Khashoggi, Donald Trump, Riyad, Doha, Téhéran, Qatar, Washington, Arabie Saoudite, Iran, Yémen, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik