International
URL courte
11442
S'abonner

Ayant fait le choix de bénéficier de l’amnistie, plusieurs centaines d’anciens membres de groupes armés illicites ont été accueillis dimanche au sein des troupes gouvernementales syriennes dans la province de Deraa. Sputnik était sur place.

La province syrienne de Deraa, connue pour être le berceau du conflit qui secoue la Syrie depuis plus de 7 ans, a accueilli une fête solennelle: en présence de responsables syriens et de militaires russes, plus de 350 anciens radicaux ou déserteurs ont prêté serment et rejoint les rangs des troupes gouvernementales. 

Ces nouvelles recrues ont confié à Sputnik être résolues à libérer la Syrie des terroristes qui y agissent encore et ont appelé d’autres membres de groupes terroristes à suivre leur exemple. 

  • Célébrations à Deraa
    Célébrations à Deraa
    © Sputnik . Firas al-Ahmad
  • Des militaires syriens présents à la cérémonie
    Des militaires syriens présents à la cérémonie
    © Sputnik . Firas al-Ahmad
  • Des militaires russes et syriens ainsi que des responsables ont assisté aux célébrations
    Des militaires russes et syriens ainsi que des responsables ont assisté aux célébrations
    © Sputnik . Firas al-Ahmad
  • Célébration à Deraa
    Célébration à Deraa
    © Sputnik . Firas al-Ahmad
1 / 4
© Sputnik . Firas al-Ahmad
Célébrations à Deraa

Pour rappel, il y a à peu près un mois, l’armée syrienne a libéré le sud de la Syrie et a signé une trêve avec plusieurs groupes armés  qui ont cessé les combats, déposé leurs armes lourdes et ont rejoint le nord du pays, ou ont accepté de revenir à la vie civile. 

 

Lire aussi:

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Près de 8.000 nouveaux cas de Covid-19 et 499 décès en France en une journée
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
Tags:
radicaux, festivités, armée gouvernementale syrienne, Deraa, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook