Ecoutez Radio Sputnik
    protestations devant la base US à Okinawa

    Base US à Okinawa: «Cela fait douter du respect des principes de la démocratie au Japon»

    © AFP 2019 Toru Yamanaka
    International
    URL courte
    10122
    S'abonner

    Le gouvernement japonais a décidé de relancer les travaux de construction d’une base américaine dans une baie d’Okinawa s’opposant ainsi à l’avis du gouverneur et de la population locale. Sputnik s’est entretenu avec Jinshiro Motoyama, du groupe d’action intervenant en faveur d’un référendum concernant cette base militaire à Henoko.

    Bien que le 30 septembre, lors des élections au poste de gouverneur de la préfecture d'Okinawa, Atsushi Sakima, candidat soutenu par le gouvernement Abe, ait été battu par Denny Tamaki, qui est un fervent opposant à la construction de cette base, les travaux de remblais y ont commencé, a annoncé à Sputnik Jinshiro Motoyama, militant d'une ONG réclamant la tenue d'un référendum sur cette question.

    «Je suis très contrarié par le fait que malgré un tel résultat des élections, vendredi 14 décembre, les travaux de remblais ont commencé à Henoko. Cela fait douter du respect des principes de la démocratie au Japon», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

    Et de constater que le gouvernement Abe ne faisait aucun cas de l'avis des habitants d'Okinawa. Qui plus est, les parlements des villes de Ginowan et de Miyakojima ont adopté une résolution contre l'organisation de cette consultation.

    «Nous ne nous attendions pas à une opposition de la part des parlements de ces villes, qui ont refusé d'allouer des fonds du budget local pour organiser ce référendum et nous le regrettons beaucoup. Je pense toutefois que la priorité devrait être accordée à la démocratie directe, c'est-à-dire à l'expression directe des citoyens, et non à la décision d'un groupe d'élus», a estimé le militant.

    Et de rappeler qu'il était, par exemple, impossible d'apporter des amendements à la Constitution sans passer par un référendum et que même l'aval de tous les membres du parlement japonais ne suffirait pas pour cela.

    «Il est impératif de demander l'opinion de la population, et cela vaut également pour le référendum sur Okinawa. […] Lorsque des parlementaires refusent d'organiser une consultation populaire et renient tous leurs devoirs qui s'y rattachent, une situation paradoxale se crée: au lieu de remplir leur devoir direct qui consiste notamment à protéger les droits des citoyens, ils ne tiennent pas compte de leurs voix et ignorent leur volonté. Je pense que cela jette un doute sur leur raison d'être», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Le 26 octobre dernier, l'assemblée législative de la préfecture d'Okinawa a approuvé un projet de loi sur un référendum régional relatif au déménagement de la base américaine de Futenma. En septembre, les habitants de la préfecture ont collecté près de 100.000 signatures en faveur du référendum.

    Occupée par les Américains après la Seconde Guerre mondiale et rétrocédée aux Japonais en 1972, l'île d'Okinawa, qui représente moins de 1% du territoire nippon mais est située à un emplacement stratégique, héberge environ la moitié des 47.000 soldats américains présents dans l'archipel.

    Tags:
    consultations, référendum, base militaire US, Sputnik, Denny Tamaki, Atsushi Sakima, Jinshiro Motoyama, Shinzo Abe, Miyakojima, Ginowan, États-Unis, Henoko, Okinawa, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik