Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Nord Stream 2: Washington «force la main» à ses clients, selon Moscou

    © Sputnik . Kirill Kallinikov
    International
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (182)
    4331

    Alors que la Russie est ouverte à toute concurrence en matière de combustible bleu livré par gazoducs, ou de gaz naturel liquéfié (GNL), les États-Unis exercent des pressions politiques directes sur leurs clients pour faire avancer leur propre produit sur le marché européen, estime Maria Zakharova.

    Les États-Unis menacent de sanctions les compagnies désireuses de rejoindre le projet de mise en place du gazoduc Nord Stream 2, destiné à relier la Russie à l'Europe par la mer Baltique, a annoncé la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova. 

    «La Russie est prête à une concurrence en matière de gaz et GNL. Mais c’est justement Washington, et pas Moscou, qui force la main à ses clients et menace de sanctions les compagnies qui proposent des solutions optimales de livraison de gaz aux consommateurs. C’est de la pression politique directe», a-t-elle déclaré lors d’un point de presse. 

    Et de pointer que les États-Unis mettent tout en œuvre pour faire avancer leur propre GNL sur le marché européen. 

    Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites longues de 1.200 km, reliant le littoral russe à l'Allemagne en passant par la mer Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le coût du projet s'élève à près de 10 milliards d'euros. Le gazoduc devrait être mis en service d'ici la fin 2019. Début novembre, le groupe Nord Stream 2 AG a annoncé avoir posé 200 kilomètres de gazoduc au fond de la mer Baltique. Plusieurs pays s'opposent au projet, dont les États-Unis qui ont plusieurs fois demandé aux pays européens de ne pas participer au projet Nord Stream 2, brandissant la menace de sanctions à leur égard.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (182)

    Lire aussi:

    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Tags:
    pressions, gaz naturel liquéfié (GNL), gaz, Nord Stream 2, Zakhar Prilepine, États-Unis, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik