Ecoutez Radio Sputnik
    Netflix

    La première série russe dédiée à Léon Trotski rachetée par Netflix

    © REUTERS / Mike Blake
    International
    URL courte
    184

    Netflix, le géant américain de streaming continu sur internet, vient d’acheter la mini-série télévisée biographique russe dénommée Trotski. Cette fiction, qui a gagné trois prix TEFI de l'Académie de la télévision russe, est la première série dédiée à Trotski de l'histoire de la Russie.

    La mini-série télévisée biographique russe Trotski a été rachetée par Netflix, selon le service de presse de l'entreprise de production Sreda. Les huit épisodes sont actuellement visionnables en streaming sur Netflix et accessibles en version sous-titrée en français. La fiction a gagné trois prix TEFI remis par l'Académie de la télévision russe.

    ​Cette série montre aux spectateurs une représentation artistique rare de Trotski dans la Russie post-soviétique, en prenant en compte que son nom était tabou pendant la majeure partie de la période soviétique. De plus, cela est la première série dédiée à Trotski dans l'histoire de la Russie.

    ​Révolutionnaire communiste et homme politique soviétique, Léon Trotski a été l'un des principaux instigateurs de la révolution d'Octobre 1917 avec Lénine. Au début de la série, Trotski vieillissant discute de sa vie et de la révolution dans sa maison de Mexico, où il s'est enfuit, alors poursuivi par Staline, avec un journaliste canadien pour partager ses mémoires. Les événements du film se déroulent dans les années 1940.

    La mini-série a été réalisée par Alexander Kott et Konstantin Statsky et a été diffusée début novembre 2017 à l'occasion des 100 ans de la révolution d'Octobre 1917 sur la première chaîne publique russe Pierviy Kanal. La première mondiale a été présentée lors du Marché international des contenus audiovisuels en octobre 2017 à Cannes.

    Tags:
    série télévisée, achat, télévision, communisme, histoire, Trotski (mini-série), Netflix, Léon Trotski, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik