International
URL courte
30507
S'abonner

La vie dans certains endroits en France est «insupportable» à cause des migrants, estime Jair Bolsonaro, Président élu du Brésil. Afin d’éviter cette situation dans son pays, il entend révoquer le Pacte de Marrakech signé par le gouvernement actuel.

Il est «insupportable de vivre dans certains endroits en France» à cause des migrants, a déclaré le Président brésilien élu, Jair Bolsonaro, lors d'un direct mardi soir, sur le réseau social Facebook.

«Tout le monde sait ce qu'il se passe en France. C'est simplement insupportable de vivre dans certains endroits en France», a-t-il lancé.

Il a indiqué que de nombreux migrants n'abandonnaient pas «leurs racines et [voulaient] faire valoir leur culture, leurs droits acquis et leurs privilèges».

«La France souffre à cause de cela, une partie de la population, une partie de l'armée, une partie des institutions commencent à se plaindre de cela. Nous ne voulons pas de cela pour le Brésil», a-t-il déclaré.

Le Président élu a fait part de son intention de «dénoncer et révoquer» le Pacte mondial sur les migrations de l'Onu, signé la semaine dernière à Marrakech par près de 160 pays, dont le Brésil représenté par son gouvernement actuel.

«Malheureusement, le Brésil, avec le ministre actuel des Affaires étrangères [Aloysio Nunes, ndlr], a signé le pacte. Nous ne sommes pas contre les immigrants, mais nous devons avoir des critères très rigoureux pour entrer au Brésil. Nous allons dénoncer et révoquer ce pacte sur l'immigration», a-t-il conclu.

Le conservateur Jair Bolsonaro, souvent qualifié de «Trump des Tropiques» en raison de ses idées politiques, a été officiellement déclaré le 28 octobre élu à la présidence du Brésil par le Tribunal supérieur électoral, ayant totalisé 55.13% des voix. Il sera investi de ses nouvelles fonctions le 1er janvier 2019.

Le Pacte mondial pour les migrations a été ratifié mercredi à une très forte majorité par l'Assemblée générale de l'Onu. Ce document vise en premier lieu à renforcer «la coopération relative aux migrations internationales sous tous leurs aspects». Le pacte n'est juridiquement pas contraignant, mais les pays qui l'ont rejeté ont fait valoir qu'ils voulaient conserver une gestion nationale des flux migratoires et qu'ils redoutaient l'utilisation du Pacte lors de recours devant la justice.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
Pacte de Marrakech, migrants, Jair Bolsonaro, Brésil, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook