International
URL courte
17323
S'abonner

Le lendemain de l’annonce du début du retrait des troupes américaines de Syrie, Sputnik s’est entretenu avec des membres du PYD et des FDS qui ont pointé que le départ de Washington était contraire à leurs intérêts. Si ce scénario se confirme, ils seraient donc contraints de chercher d’autres partenaires.

Des représentants du Parti de l'union démocratique (PYD) et des Forces démocratiques syriennes (FDS) avouent ne pas vouloir que les militaires américains quittent le sol syrien, préoccupés par d’éventuelles démarches d’Ankara. Selon les informations obtenues par Sputnik auprès de ces derniers, des détachements kurdes mènent des négociations actives avec les États-Unis pour qu’ils ne quittent pas le nord de la Syrie.

«Les États-Unis ne nous ont communiqué leur intention de retirer leurs militaires que mercredi soir. Or, avant les représentants américains n’avaient même pas mentionné de telles intentions. Au contraire, il s’agissait qu’ils restent ici encore au moins 10 ans. Donc nous avons fondé nos projets en nous basant sur cela», a fait savoir au micro de Sputnik un représentant des FDS haut gradé ayant requis l’anonymat.

Ce dernier a ajouté que ce jeudi une réunion avec des représentants américains doit avoir lieu dans une base près de Kobané.

«Actuellement, on mène des négociations avec la partie américaine afin que les États-Unis ne retirent pas entièrement leurs militaires. Si cela arrive, la Turquie lancera immédiatement une opération contre nous. La décision des États-Unis sur le retrait de leurs forces nous a choqués», a-t-il indiqué.

Et de pointer que si les États-Unis finissent par se retirer, les Kurdes syriens chercheront à «établir un partenariat avec d’autres pays».

Le représentant du PYD Fethi Mihemed confirme que les Kurdes syriens ne veulent pas que les États-Unis retirent leurs troupes. Il souligne toutefois qu’à ce jour il n’observe aucune trace d’un quelconque début de retrait.

«Nous supposons que tant que l’Iran et le Hezbollah sont présents en Syrie, les Américains ne partiront pas», souligne-t-il.

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
Tags:
Kurdes, Forces démocratiques syriennes (FDS), Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, États-Unis, Kobané, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook