Ecoutez Radio Sputnik
    Un drone

    L’armée algérienne fait le point sur ses drones armés à 100% Made in Algeria (images)

    © AP Photo / Ariel Schalit
    International
    URL courte
    12653

    Le 20 décembre, l’armée algérienne a effectué des exercices à balles réelles en utilisant quatre drones de reconnaissance, armés et de fabrication locale. C’est ce qu’a révélé un communiqué du ministère algérien de la Défense, précisant le déroulement des entraînements.

    L'Armée nationale populaire algérienne (ANP) a mené jeudi 20 décembre des opérations aériennes à balles réelles au Polygone central de l'air à Hassi Bahbah, situé dans la région d'Aïn Ouessara (dans le centre de l'Algérie). Elle a déployé quatre drones de reconnaissance, armés et de fabrication algérienne. C'est ce qu'a indiqué un communiqué du ministère algérien de la Défense (MDN).

    Baptisés Eljazair 54 (Algérie 54) et Eljazair 55, ces drones ont été «construits par des ingénieurs, des techniciens et des cadres de l'Armée nationale populaire», a affirmé le communiqué du MDN.

    Selon le site d'information militaire Menadefense dans son édition du 21 décembre, l'ANP s'est lancée depuis 2016 dans la fabrication de ces engins. Les appareils Eljazair 54-55 sont, selon le média, une amélioration du drone United-40 du constructeur émirati Adcom Systems, lui-même conçu par l'opérateur ukrainien Kharkhov Aggregate Design Bureau. Les ingénieurs de l'ANP ont notamment procédé «au changement du train d'atterrissage, à un allègement de la structure et à une modification du système d'armes et du type d'armement», selon le site d'information.

    Évoquant les caractéristiques dont jouissent ces drones fabriqués par l'armée algérienne, Menadefense affirme que leurs capacités et leurs performances sont impressionnantes. En effet, ces appareils bimoteurs disposent de «10 points d'emport, d'une capacité de vol de plus de 72 heures, non-stop, et d'une vitesse de croisière de 220 Km», a-t-il indiqué en ajoutant qu'ils ont une envergure de 20 m pour une longueur de 13 m.

    Les drones Eljazair 54-55 auraient également des capacités de lutte anti-sous-marines. Toujours selon Menadefense, ces appareils sont dotés d'«un radar sous le ventre, d'un détecteur d'anomalies magnétiques à l'arrière et ils peuvent prendre sous leurs ailes des bouées sonar et probablement des torpilles ou des mines marines». La longue durée de vol dont jouissent ces drones de l'ANP fait d'eux de bons engins pour la chasse de sous-marins et le sauvetage en haute mer, a-t-il souligné.

    Durant ces opérations, exécutées par la 5e escadre de reconnaissance de l'armée de l'air algérienne, deux drones étaient armés. Le premier avec des obus de 120mm non guidés et le second avec des missiles anti-chars AR-1.

    Lire aussi:

    Première dans la lutte antiterroriste: l’armée algérienne saisit six drones
    L’armée algérienne utilise pour la 1ère fois des drones d’attaque en exercices (images)
    Pigeon voyageur aux ailes de plastique: quels métiers exercent déjà les drones?
    Tags:
    industrie de défense, reconnaissance, drone, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik