International
URL courte
8160
S'abonner

Le roi des Belges Philippe a fini par accepter vendredi la démission du Premier ministre Charles Michel qu'il avait présentée plus tôt dans la semaine.

Le roi Philippe a accepté la démission du Premier ministre Charles Michel et a demandé à son gouvernement de rester en place pour expédier les affaires courantes, a annoncé le Palais royal dans un communiqué.

«Le roi a accepté la démission du gouvernement et l'a chargé d'expédition les affaires courantes, indique le communiqué du Palais. Il constate une volonté politique de garantir la bonne gestion du pays jusqu'aux prochaines élections», indique le communiqué du Palais cité par la RTBF.

Le roi demande ainsi «aux responsables politiques et aux institutions» d'«apporter une réponse appropriée aux défis économiques, budgétaires et internationaux, et aux attentes de la population, notamment sur le plan social et environnemental».

Quatre ans après sa nomination au poste de Premier ministre, Charles Michel avait présenté mardi sa démission, s'estimant dans l'incapacité de former une nouvelle majorité à la Chambre des représentants ainsi qu'une coalition gouvernementale.

Cette décision a fait suite au départ des ministres nationalistes flamands issus de la N-VA (Alliance néo-flamande) à cause d'un désaccord concernant le pacte de l'Onu sur les migrations. Depuis cette scission, M.Michel dirigeait un gouvernement minoritaire où son parti, le Mouvement réformateur (MR), ne pouvait plus s'appuyer que sur 52 des 150 députés à la Chambre.

Il convient de rappeler que la Belgique détient un record en matière de crise gouvernementale: la dernière, qui s'est déroulée entre mi-2010 et décembre 2011, a laissé le pays sans gouvernement pendant 541 jours.

Lire aussi:

Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Joe Biden commente la lettre laissée par Donald Trump dans le Bureau ovale
François Bayrou amené à se justifier sur une photo de lui sans masque dans un aéroport apparue sur les réseaux
Fiasco du vaccin français: «Nous assistons au dépérissement total de l’industrie française»
Tags:
Pacte de Marrakech, gouvernement, coalition, démission, Charles Michel, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook