International
URL courte
5214
S'abonner

Faisant le bilan de ses activités au poste d’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie devant le Conseil de sécurité, Staffan de Mistura a regretté ne pas avoir réussi à ramener la paix dans ce pays, puis a enfreint le protocole du Conseil de sécurité.

Dressant le bilan de ses activités dans son dernier rapport au Conseil de sécurité de l'Onu, l'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, a reconnu que, malgré tous les efforts consentis, on n'y avait pas encore mis fin à la guerre.

«J'ai travaillé à ce poste pendant quatre ans et quatre mois, c'est plus que la Première Guerre mondiale. Le conflit en Syrie dure plus longtemps que la Seconde guerre mondiale… Nous avons réussi à changer la situation vers un mieux, mais cela ne suffit pas», a signalé Staffan de Mistura.

Il a cité parmi les résultats positifs de ses activités «des vies sauvées, le cessez-le-feu et la désescalade».

«Nous avons mis au point avec les parties des principes clés pour l'avenir commun et le règlement, mais nous ne les avons pas encore transformés en mécanismes de réalisation concrets», a-t-il ajouté.

À la fin de son discours il a demandé l'autorisation d'enfreindre le protocole, afin de serrer la main de chaque membre du Conseil de sécurité en remerciant tout le monde pour le fructueux travail conjoint.

Selon le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, le diplomate norvégien Geir Pedersen sera le nouvel émissaire des Nations unies pour la Syrie, en remplacement de Staffan de Mistura.

Lire aussi:

Blessé par balle en pleine rue, le rappeur Crim’s en pronostic vital engagé dans le Val-de-Marne
Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
Les plus vieux réacteurs nucléaires français prolongés au-delà de 40 ans
Selon l’ONU, l’épidémie est un «prétexte» des États pour porter atteinte aux «droits humains»
Tags:
protocole, bilan, ONU, Staffan de Mistura, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook