International
URL courte
61127
S'abonner

D'après les médias américains, la Chine a récemment testé un nouveau missile nucléaire capable d'atteindre l'Amérique du Nord. Cependant, la partie chinoise s’est empressée de démentir ces informations.

Des médias chinois ont réfuté un rapport publié récemment par le Washington Free Beacon, selon lequel des sources gouvernementales américaines auraient confirmé que la Chine avait testé le mois dernier un nouveau missile nucléaire sous-marin pouvant atteindre l'Amérique du Nord.

Ainsi, selon cette publication sortie pour la première fois mardi, le nouveau missile possiblement testé s'appelle le JL-3, ou Julong-3. Il serait notamment conçu pour être tiré depuis un sous-marin nucléaire.

Le test en question aurait eu lieu le 22 novembre, affirmait le média, en précisant que le nom de l'arme se traduisait du mandarin par «vague géante».

L'article cite en outre un militaire chinois déclarant que le JL-3 aurait une autonomie opérationnelle totale suffisante pour détruire des cibles dans la plus grande partie des États-Unis depuis les côtes chinoises.

Le test présumé du missile a également été mentionné par le magazine The Diplomat. D'après celui-ci le test aurait eu lieu le 24 novembre et le missile avait une portée opérationnelle supérieure à 9.000 kilomètres.

Dans le même temps, le site d'informations chinois Shanghai Observer a critiqué ces articles en les qualifiant de mensongers.

Il a de surcroît précisé que Julong ne se traduisait pas par que «vague géante», ce qui indiquerait que les sources des journalistes américains n'étaient même pas capables de faire une traduction correcte.

Lire aussi:

Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Présidence de Joe Biden: «Avec la Russie, il y aura un effort d’engagement»
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Tags:
médias, nucléaire, missile, test, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook