International
URL courte
5414131
S'abonner

Emmanuel Macron était ce week-end en visite au Tchad pour soutenir les troupes françaises engagées contre le terrorisme. Ce déplacement a été l’occasion pour le Président de faire le point sur l'opération Barkhane et celle pour les internautes de relever son absence de France où les Gilets jaunes se sont mobilisés une nouvelle fois hier.

Le Président français est arrivé au Tchad pour une visite de deux jours et a rencontré samedi soir un millier de soldats français avec qui il a fêté Noël avant l'heure. Au menu, foie gras, pâté en croûte, volaille des Landes aux morilles, fromages, entremet au chocolat et champagne. Emmanuel Macron a évalué l'opération Barkhane qui engage au total 4.500 hommes affrontant entre 1.000 et 3.000 djihadistes depuis août 2014.

Le Net s'est vivement intéressé à cette visite.

Les critiques fusent de toutes parts.

La réponse à ce dernier tweet ne s'est pas fait attendre.

D'ailleurs, nombreux sont ceux qui formulent leur soutien aux soldats français et au Président.

Enfin, quelques-uns expriment leurs sentiments en images.

Emmanuel Macron s'est rendu samedi au Tchad pour une visite de 48 heures pendant laquelle il a réveillonné avec les soldats français de l'opération Barkhane qui se déroule dans cinq pays du Sahel. Ces pays — Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad — ont d'ailleurs constitué un G5 Sahel pour coordonner leurs actions en matière de développement économique et de lutte contre le terrorisme. L'année dernière, il était allé réveillonner avec les soldats français au Niger.

Lire aussi:

Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
menu, réveillon, soldats, foie gras, champagne, terrorisme, djihadisme, palais de l'Élysée, opération Barkhane, Noël, Emmanuel Macron, N’Djamena, Burkina Faso, Mauritanie, Sahel, Mali, Niger, Tchad, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook