International
URL courte
19292
S'abonner

Pour le chef de la diplomatie turque, Benjamin Netanyahu aspirait à diviser la Syrie avec l’aide de terroristes, mais ses projets n’offraient aucune perspective.

Après la récente joute verbale à laquelle se sont livrés Recep Tayyip Erdogan et Benjamin Netanyahu, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a accusé le Premier ministre israélien de chercher à morceler la Syrie en utilisant le facteur kurde.

«Ces derniers jours, Netanyahu est très inquiet parce qu’il voulait diviser la Syrie avec l’aide de terroristes, mais il a enfin compris que ses projets étaient voués à l’échec. Et comme vous pouvez le voir vous-mêmes, Israël a commencé à calomnier notre Président», a déclaré M.Cavusoglu sur les ondes de la chaîne NTV.

Toujours selon lui, M.Netanyahu «éprouve de la sympathie» pour le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une organisation terroriste en Turquie.

Auparavant, le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan avait accusé le chef du gouvernement israélien de «semer le mal» et de pratiquer «la terreur d’État».

En réaction, ce dernier avait qualifié M.Erdogan de «dictateur antisémite» qui est «obsédé par Israël», ajoutant que l’armée turque «tuait des femmes et des enfants dans des villages kurdes».

Lire aussi:

«Le Covid-19 est un coup d’opportunité pour l’oligarchie mondialiste» – vidéo
Un drone-kamikaze russe frappe des radicaux en Syrie – vidéo
«Je voulais mettre cette bombe dans l’église»: les notes troublantes de l’adolescente radicalisée arrêtée à Béziers
La vidéo d’un homme poussant une femme dans les escaliers du métro parisien suscite une controverse
Tags:
crise syrienne, terrorisme, Kurdes, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Mevlut Cavusoglu, Benjamin Netanyahou, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Syrie, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook