Ecoutez Radio Sputnik
    Carlos Ghosn

    Affaire Ghosn: le parquet de Tokyo évoque l’implication d’un homme d’affaires saoudien

    © REUTERS / Philippe Wojazer
    International
    URL courte
    471
    S'abonner

    Selon l’enquête effectuée par l’agence de presse Reuters, le parquet de Tokyo détiendrait des informations sur Khaled al-Juffali, vice-président de E.A. Juffali and Brothers, l'un des plus gros conglomérats d'Arabie saoudite, à qui Nissan aurait versé de l’argent pour couvrir des pertes personnelles de son président Carlos Ghosn.

    Depuis le 19 novembre, jour de l'interpellation de Carlos Ghosn sur le sol japonais, de nouvelles allégations surgissent de temps en temps dans cette affaire. Après l'avoir placé en état d'arrestation vendredi dernier, le parquet de Tokyo examine les liens entre l'ex-président du constructeur automobile japonais et un homme d'affaires saoudien, indique Reuters.

    Selon l'agence de presse, le parquet croit savoir que cet homme d'affaires, via l'une de ses sociétés, a reçu de l'argent versé par un fonds interne de Nissan entre 2009 et 2012.

    «Vers octobre 2008, Ghosn était aux prises avec des pertes sur le papier de 1,85 milliard de yens (14,5 millions d'euros) liées à un contrat de swap passé avec une banque qu'il ne nomme pas. Un particulier avait permis le montage d'une lettre de crédit au bénéfice de Ghosn et une société gérée par ce particulier avait reçu par la suite 14,7 millions de dollars d'argent provenant de Nissan en quatre paiements échelonnés de 2009 à 2012», indique Reuters, se référant à un communiqué du parquet.

    Selon les sources de Nissan, citées par Reuters, le particulier qui aurait aidé Ghosn se nommerait Khaled Al-Juffali, vice-président de E.A. Juffali and Brothers, l'un des plus gros conglomérats d'Arabie saoudite, et membre du conseil d'administration de l'Autorité monétaire du pays. Il est également actionnaire majoritaire d'une société appelée Al-Dahana, propriétaire de la moitié d'une co-entreprise régionale se nommant Nissan Gulf, l'autre moitié étant détenue par une filiale à 100% de Nissan Motor.

    Pour le moment, Reuters n'a reçu aucun commentaire de Khaled Juffali, ni de l'avocat de Ghosn établi à Tokyo, malgré les demandes envoyées. Le parquet de Tokyo s'est également abstenu de tout commentaire.

    Carlos Ghosn, qui a déjà passé un mois en cellule, a de nouveau été placé en état d'arrestation vendredi, sur la base de nouvelles accusations selon lesquelles il aurait fait passer dans les comptes du constructeur japonais des pertes de 1,85 milliard de yens (14,5 millions d'euros) provenant d'investissements personnels.

    Dimanche, le parquet de Tokyo a prolongé de dix jours sa détention.

    Tags:
    Carlos Ghosn, Arabie Saoudite, Tokyo, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik