International
URL courte
6403
S'abonner

Lors de sa visite surprise en Irak à l’occasion de Noël, le Président américain a dévoilé, dans une vidéo, la présence dans ce pays de la principale force spéciale de la marine de guerre des États-Unis, les Navy SEALs.

Dans une vidéo publiée sur son compte Twitter suite à son voyage en Irak pour Noël, Donald Trump a divulgué que des membres des SEAL, force spéciale de la marine de guerre américaine, étaient présents dans le pays, signale Newsweek.

​Interrogé par le média, l'ancien spécialiste en renseignement de la Marine américaine Malcolm Nance a indiqué que les «noms réels, les visages et les identités du personnel impliqué dans des opérations spéciales ou des activités sont normalement bien tenus secret dans une zone de combat».

«Les dévoilant avec désinvolture, par le biais d'une couverture médiatique peu commune, même s'il s'agit d'un commandant en chef, servirait de publicité si un de ces personnels était détenu par un gouvernement hostile ou capturé par un groupe terroriste. Il serait donc impossible de nier qui tu es et ce que tu fais», a souligné Malcolm Nance.

Newsweek s'est également référé à un officiel du Pentagone, qui a précisé, sous couvert d'anonymat, qu'il était inhabituel de publier une vidéo dévoilant les visages de membres de troupes à vocation spéciale sans les flouter.

À l'occasion de Noël, Donald et Melania Trump se sont rendus en Irak pour y rencontrer des soldats américains et les remercier pour leur engagement, leur succès et leur sacrifice, a déclaré le 27 décembre sur son compte Twitter la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders.

Lire aussi:

«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
Un homme tabassé après avoir chassé des manifestants avec une machette aux USA – vidéo choc
Tags:
marine US, forces spéciales, opérations secrètes, vidéo, renseignement, Melania Trump, Donald Trump, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook