International
URL courte
1148
S'abonner

L’Allemagne a évoqué avec ses partenaires européens la possibilité de recruter dans les rangs de son armée des ressortissants d’autres pays de l’UE. Certains pays ont accueilli cette information avec réserve, informe la presse.

Suite au manque de candidats, la Bundeswehr envisage de recruter des spécialistes, notamment des médecins et des experts IT, issus d’autres pays de l’UE, écrit Deutsche Welle, se référant aux propos tenus par le chef d’état-major de l’armée allemande Eberhard Zorn dans une interview au Funke Mediengruppe.

D’après les informations de ce média, le gouvernement allemand a déjà mené des consultations avec ses partenaires de l’UE au sujet de cette question. La plupart des pays, notamment ceux d’Europe de l’Est, ont réagi avec réserve. Ainsi, la Bulgarie a exprimé sa préoccupation face au risque de fuite des cerveaux.

Actuellement, quelque 530.000 ressortissants de l’UE âgés de 18 à 30 ans résident en Allemagne et pourraient être intéressés par cette proposition, informe l'édition.

Selon le commissaire du Bundestag aux forces armées allemandes, Hans-Peter Bartels, il n’y a rien d’hors norme dans ce recrutement, à ce jour beaucoup de soldats d’origines étrangères ou ayant la double nationalité servent déjà dans les rangs de la Bundeswehr.

Actuellement, l’armée allemande compte quelque 182.000 militaires et, selon les plans du ministère de la Défense, ce nombre devrait atteindre 203.000 d’ici 2025.

Lire aussi:

Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Après un échange sur le racisme, Booba vire Jean Messiha du plateau de TPMP
Un sondage donne la personnalité politique préférée des Français
Tags:
Bundeswehr (armée allemande), recrutement, militaires, Union européenne (UE), Bundestag, Europe de l'Est, Bulgarie, Europe, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook