Ecoutez Radio Sputnik
    Kinshasa, Congo

    L'ambassadeur de l'Union européenne en RDC va être expulsé sous 48 heures

    © Flickr/ Irene2005
    International
    URL courte
    Anicet Simo
    6201

    Jeudi 27 décembre, Kinshasa a enjoint à l'Union européenne (UE) de rappeler dans les «48 heures» son représentant en République démocratique du Congo et ce en mesure de rétorsion après le maintien des sanctions européennes visant 14 personnalités congolaises, dont Ramazani Shadary, candidat au pouvoir à l'élection présidentielle.

    «Le gouvernement de la République démocratique du Congo invite instamment le Conseil européen à procéder impérativement dans les 48 heures au rappel de son chef de mission en République démocratique du Congo», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, au cours d'une conférence de presse jeudi 27 décembre, à trois jours des élections générales prévues dimanche.

    Un ultimatum donné en mesure de rétorsion après le maintien des sanctions européennes visant 14 personnalités congolaises, dont le candidat au pouvoir à l'élection présidentielle.

    «Cette mesure d'une part sanctionne le comportement répréhensible de l'intéressé et d'autre part s'inscrit dans le cadre de la réciprocité prémentionnée » a-t-il ajouté.

    Réunie à Bruxelles le 10 décembre dernier, l'Union européenne a prolongé jusqu'au 12 décembre 2019 ses sanctions contre 14 personnalités de la République démocratique du Congo.

    Pour rappel, en décembre 2016 et mai 2017, des sanctions avaient été prises en raison du rôle que ces officiels avaient pu jouer en planifiant, dirigeant ou commettant des actes constitutifs de graves violations des droits humains. Ces personnalités sont privées de visas pour l'Union européenne et leurs avoirs dans l'Union ont été gelés. Par ces sanctions, l'UE et ses États membres avaient envoyé un message fort aux autorités congolaises et s'impliquaient ainsi dans la crise politique et le processus électoral en cours dans le pays.

    Cet ultimatum du ministre des affaires étrangères de la RDC intervient à trois jours des élections générales reprogrammées le 30 décembre en RDC et ce après un troisième report.

    Ces élections, qui auraient dû avoir lieu à l'expiration du deuxième mandat de M. Kabila en décembre 2016, avaient été reportées à fin 2017, puis au 23 décembre 2018. Pour l'heure, la nouvelle date annoncée par la CENI est celle du 30 décembre 2018.

    Le président Joseph Kabila est au pouvoir depuis l'assassinat de son père en janvier 2001.

    Lire aussi:

    Cinq manifestants tués lors d'un mouvement de protestation à Kinshasa
    Les USA prêts à intervenir en RDC en cas de violences postélectorales
    RDC: «la France a toujours considéré la RDC comme une extension de son pré-carré»
    Tags:
    ambassadeur, expulsions, Conseil européen, Léonard She Okitundu, Joseph Kabila, République démocratique du Congo (RDC)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik