Ecoutez Radio Sputnik
    Gare de Lyon, image d'illustration

    Un gendarme transportant illégalement des explosifs arrêté dans une gare parisienne

    © AFP 2019 CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
    International
    URL courte
    212313

    Un gendarme mobile a été interpellé le 23 décembre à la gare de Lyon, à Paris, alors qu'il transportait sur lui des explosifs sans aucune autorisation, informe Le Figaro. L’édition précise que les motivations de l’individu restent floues, n’excluant pas un trafic d’armes.

    Un contrôle de routine a réservé une surprise aux agents de la douane en gare de Lyon: le 23 décembre, ils ont arrêté un individu qui a tenté d’échapper à leur contrôle. Or, celui-ci s’est avéré être un gendarme de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) transportant des explosifs sans en avoir l’autorisation, rapporte Le Figaro.

    Après une garde à vue de 96 heures, il a été déféré au parquet de Paris et mis en examen pour «opposition à l'exercice des fonctions d'un agent des douanes, rébellion, transport et détention sans motif légitime de produits ou engins explosifs, cession d'armes, munitions ou éléments de catégorie A, détournement ou dissipation par militaire d'armes ou d'objets remis lors du service», relate le journal.

    D’après les informations recueillies par Le Figaro, l’individu a été suspendu de ses fonctions.

    Né en 1989, l’homme a servi par le passé comme légionnaire. Il était spécialisé dans la manipulation des explosifs. Si ses motivations restent pour le moment floues, il n’est pas à exclure qu’il puisse être impliqué dans une affaire de trafic d’armes, informe le journal.

    Lire aussi:

    Trois nouvelles explosions retentissent au Sri Lanka, selon des médias locaux
    Un incendie ravage l'usine produisant les derniers missiles russes Satan II (vidéo)
    Un scandale de corruption lié à l'ambassade de France au Venezuela pourrait éclater
    Tags:
    interpellation, gendarmes, explosifs, Gare de Lyon à Paris, France, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik