Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires US en Syrie

    Le Pentagone refuse de commenter la présence d’armes US chez les Kurdes syriens

    © AFP 2019 AHMAD AL-RUBAYE
    International
    URL courte
    296

    La Défense américaine s’est refusée à tout commentaire quant à la possibilité de laisser des armes et du matériel militaire américain aux forces kurdes, alliées des États-Unis en Syrie.

    Il est déplacé de commenter toute information sur le lieu de déploiement ou le déplacement de l'équipement militaire et des armes des États-Unis après le retrait des troupes américaines de Syrie, a déclaré à Sputnik le porte-parole du Pentagone, Sean Robertson.

    Auparavant, l'agence de presse Reuters avait annoncé que des militaires américains examinaient la possibilité de laisser leurs armes et matériel militaire à des alliés des États-Unis, à savoir les forces kurdes, censées poursuivre la lutte contre Daech* en Syrie après le retrait des troupes américaines. Selon elle, une telle décision risque de provoquer le mécontentement de la Turquie.

    «La planification [du retrait des troupes américaines] se poursuit, concentrée sur le retrait ciblé et contrôlé de nos forces, en réalisant toutes les mesures possibles pour assurer la sécurité des troupes tant qu'ils anéantissent les restes de Daech*», a ajouté M.Robertson.

    Les Kurdes syriens constituent l'essentiel des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis dans leur lutte contre Daech*. Les Unités de protection du peuple (YPG), qui dominent largement cette coalition, contrôlent d'importants territoires à l'est et au nord-est de la Syrie et ne sont pas de facto soumis à Damas. Des unités américaines, totalisant près de 2.000 hommes, sont présentes sur ces territoires, ce que Damas considère comme une occupation.

    Ankara a plus d'une fois accusé Washington d'avoir fourni des armes aux YPG, considérées par la Turquie comme une organisation terroriste liée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) interdit dans le pays. Par conséquent, Ankara a plusieurs fois effectué des opérations militaires contre les formations kurdes en Syrie.

    À la mi-décembre, les États-Unis avaient proclamé leur victoire sur Daech* en Syrie et annoncé le retrait de leurs troupes de Syrie.

    * Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Les proches d’un supporter algérien blessé à l’œil dénoncent un tir de LBD
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Le Panama condamne «les activités illégales» du pétrolier arraisonné par l'Iran et lui retire son pavillon
    Tags:
    Forces démocratiques syriennes (FDS), Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Forces d'autodéfense kurdes (YPG-YPJ), Pentagone, Sean Robertson, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik