International
URL courte
8713
S'abonner

Après que le journaliste turc Fatih Portakal a mentionné les Gilets jaunes sur son compte Twitter en se demandant si les Turcs seraient capables de suivre leur exemple, un procureur turc a ouvert une enquête à son encontre au motif d'«inciter ouvertement à commettre un crime», selon les médias turcs.

Vendredi 28 décembre, un procureur turc a ouvert une enquête à l'encontre de Fatih Portakal, qui travaille pour la chaîne de télévision turque Fox Haber.

Selon les quotidiens Hurriyet et Milliyet, le célèbre journaliste est soupçonné d' «inciter ouvertement à commettre un crime».

Tout a commencé lorsque M.Portakal s'est demandé, le 10 décembre sur son compte Twitter, si ses citoyens seraient en mesure de sortir dans les rues pour exprimer leur mécontentement, à l'image des Français.

«Allez, faisons une (action de) protestation pacifique contre les hausses (de prix), les hausses du (prix du) gaz naturel. Allez, faisons-le. Serions-nous capables de le faire?», a-t-il écrit.Le journaliste a réitéré, lors d'un programme d'information, en interrogeant: «Pour l'amour de Dieu, dites-moi combien de personnes sortiraient?».

La réaction d'Ankara ne s'est pas fait attendre, Recep Tayyip Erdogan ayant qualifié l'homme d'«immoral», ajoutant: «la justice fournira la réponse nécessaire, je crois cela».

Lire aussi:

Une fillette de 3 ans étranglée par sa mère de 19 ans en train de hurler «Jésus de Nazareth»
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Un important incendie se déclare dans un immeuble au Havre - images
Tags:
gilets jaunes, journalisme, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook