International
URL courte
13223
S'abonner

La décision des États-Unis de se retirer de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) annoncée en octobre 2017 est entrée en vigueur ce lundi 31 décembre, bien que Washington garde le statut d’observateur au sein de l’institution.

La décision américaine de quitter l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) notifiée en octobre 2017 est entrée en vigueur ce lundi 31 décembre. Bien qu'il garde le statut d'observateur, Washington ne paiera plus les cotisations et ne sera pas élu au Comité du patrimoine mondial.

En 1984, l'administration de Ronald Reagan avait déjà abandonné l'organisation l'accusant d'anti-américanisme et de gestion controversée. En 2003, les États-Unis ont réintégré l'organisation.

«Cette décision n'a pas été prise à la légère et reflète les inquiétudes des États-Unis concernant l'accumulation des arriérés à l'Unesco, la nécessité d'une réforme en profondeur de l'organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants», a assuré, jeudi, le département d'État.

Le Kremlin a qualifié le retrait américain de l'Unesco de «triste nouvelle».

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) créée le 16 novembre 1945 a succédé à la Commission internationale de coopération intellectuelle de la Société des Nations et à son agence exécutive, l'Institut international de coopération intellectuelle.

Les grands axes de l'activité de l'Unesco sont concentrés sur cinq grands programmes: l'éducation, les sciences exactes, naturelles, sociales et humaines, la culture, la communication et l'information.

Lire aussi:

Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Tags:
retrait, UNESCO, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook