International
URL courte
26455
S'abonner

Donald Trump a consenti à donner à l’armée environ quatre mois pour retirer les 2.000 soldats américains déployés en Syrie, selon des sources de The New York Times au sein de l’administration américaine.

Le Président Trump a accepté de prolonger d'environ quatre mois le retrait des forces américaines déployées en Syrie, a annoncé lundi 31 décembre The New York Times en se référant à des responsables de l'administration.

Selon les sources du média, lors de son déplacement surprise en Irak la semaine dernière, M.Trump a déclaré en privé au commandant des forces américaines en Irak et en Syrie, le lieutenant général Paul LaCamera, que l'armée pourrait disposer de plusieurs mois pour mener à bien un retrait sûr et ordonné.

Le 19 décembre, Donald Trump a annoncé que les États-Unis avaient écrasé Daech* en Syrie, précisant que la lutte contre le groupe terroriste était la seule raison de la présence militaire américaine dans le pays.

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a rapidement présenté sa démission et a publié une lettre évoquant ses divergences avec Donald Trump sur des questions clés. Plus tard, la Maison-Blanche a publié un communiqué déclarant que les États-Unis avaient commencé à retirer leurs militaires de Syrie.

Reuters avait précédemment annoncé, se référant à ses sources, que tous les fonctionnaires du département d'État américain avaient été évacués en 24 heures et que les troupes américaines quitteraient la Syrie au bout de 60 à 100 jours.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Les talibans annoncent un nouveau crash, cette fois d'un hélicoptère, dans le sud-est de l'Afghanistan
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
«Ce qui s’est passé en Algérie est pire que la Shoah»: un historien algérien réagit aux déclarations de Macron
Crash en Afghanistan: l’avion pourrait appartenir à l'Armée de l'air US - vidéo
Tags:
retrait des troupes, Paul LaCamera, Donald Trump, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik