Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats américains

    Syrie: le retrait US reporté?

    © Sputnik . Alexeï Vitvitski
    International
    URL courte
    26455

    Donald Trump a consenti à donner à l’armée environ quatre mois pour retirer les 2.000 soldats américains déployés en Syrie, selon des sources de The New York Times au sein de l’administration américaine.

    Le Président Trump a accepté de prolonger d'environ quatre mois le retrait des forces américaines déployées en Syrie, a annoncé lundi 31 décembre The New York Times en se référant à des responsables de l'administration.

    Selon les sources du média, lors de son déplacement surprise en Irak la semaine dernière, M.Trump a déclaré en privé au commandant des forces américaines en Irak et en Syrie, le lieutenant général Paul LaCamera, que l'armée pourrait disposer de plusieurs mois pour mener à bien un retrait sûr et ordonné.

    Le 19 décembre, Donald Trump a annoncé que les États-Unis avaient écrasé Daech* en Syrie, précisant que la lutte contre le groupe terroriste était la seule raison de la présence militaire américaine dans le pays.

    Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a rapidement présenté sa démission et a publié une lettre évoquant ses divergences avec Donald Trump sur des questions clés. Plus tard, la Maison-Blanche a publié un communiqué déclarant que les États-Unis avaient commencé à retirer leurs militaires de Syrie.

    Reuters avait précédemment annoncé, se référant à ses sources, que tous les fonctionnaires du département d'État américain avaient été évacués en 24 heures et que les troupes américaines quitteraient la Syrie au bout de 60 à 100 jours.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Les premiers militaires américains quittent la Syrie, selon les médias
    Quel serait l’«objectif ambitieux» des USA en Syrie une fois leurs troupes retirées?
    Le Drian explique sous quelle condition les forces françaises se retireront de Syrie
    Tags:
    retrait des troupes, Paul LaCamera, Donald Trump, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik