Ecoutez Radio Sputnik
    l’Eglise de Scientologie (Image d'illustration)

    Un adolescent provoque un bain de sang dans l’Eglise de Scientologie de Sydney

    © Wikipedia/ PictorialEvidence
    International
    URL courte
    582

    En Australie, un membre de l'Église de Scientologie et un autre homme ont été blessés jeudi lors d’une attaque au couteau au siège de l'organisation à Sydney. Selon l’Église, le «membre bien-aimé» est décédé des suites de ses blessures.

    Un membre de l'Église de Scientologie, qui serait de nationalité taïwanaise, a été poignardé par un homme armé d'un couteau après que celui-ci lui a demandé de quitter les lieux, relate l'AFP.

    La police a précisé que le suspect, actuellement en détention, «a également poignardé un homme âgé» qui l'escortait.

    Selon l'inspecteur en chef Simon Jones, la première altercation entre les hommes aurait été liée à un «incident domestique survenu hier».

    Après l'attaque, la police est parvenue à interpeller son auteur et les victimes ont été transportées à l'hôpital, où l'homme de 24 ans est décédé des suites de ses blessures. L'homme âgé serait dans un état stable avec une blessure mineure. Il aurait quitté l'hôpital.

    Le suspect reste en garde à vue et fait l'objet d'une enquête, a indiqué la police.

    L'incident s'est produit dans ce que l'organisation décrit comme «son quartier général spirituel» pour la région Asie-Pacifique.

    Le centre, baptisé «L'Organisation avancée idéale à Sydney», a été ouvert en 2016 par David Miscavige, dirigeant de l'Église de scientologie. Il s'agit de la plus grande installation du groupe en dehors des États-Unis. Selon Scientology.org, le bâtiment de 13.000 mètres carrés comprend 60 salles «d'audition» spirituelle.

    Lire aussi:

    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Deux Eurofighter de la Bundeswehr entrent en collision en Allemagne
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Tags:
    attaque au couteau, Sydney, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik